.::. Le forum officiel de l'alliance Les Seigneurs Sith ( A la mémoire de Cosmo) .::.

L'alliance L.S.S - Ogame - Univers 14
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Dim 8 Avr - 14:04

Résumé
*¤*

" L'histoire commence ... # "
" Nan dsl, je ne mettrai aucun résumé, découvrez l'histoire à la même vitesse que je l'écrirai sur le forum ... "


***




Les noms de personnes et de lieux, les prénoms et autres dénominations similaires ne sont données qu'à titre idicateur, inventés de toutes pièces et ne renvoient en aucun cas vers quelqu'un ou quelque chose de précis et éxistant ...Il en va de même pour les caractéristiques des personnages, des situations, etc... même si pour ce dernier point je m'inspire fortement de personnes que je connais . Je m'inspire de quelques faits réels mais je les tronc à 80%. Toute cette histoire est bien évidemment issue de mon imagination, il n'y a aucun plagiat, enfin je crois je connais pas toutes les histoires de la planète qui ont été crées, racontées... Alors si jamais vous trouvez une histoire similaire, veuillez m'en excusez.
Je vous préviens que parfois ça va resembler à de gros pavés inlisables et incompréhensibles ... L'histoire et la vie de certains personnages vous paraîtrons peut être un peu "grossier", "facil", "trop facil", "exagérée", "pas interessante du fait que tout leur réussi ...", pas grave je m'en fou. Bon courage


Dernière édition par le Dim 8 Avr - 15:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 10 Avr - 10:22

CHAPITRE I
.¤.


Partie 1 : Mise en place de l'Histoire

L'été n'avait jamais été si meurtrier depuis 30ans. Plus de vingt mille victimes de la canicule, composées principalement des personnes du troisième âge. Voilà ce qui résulte du peu d'aide apportées à ces personnes qui en ont plus que besoin. Néanmoins, les météorologues l'avaient prédit avec l'hiver que l'on avait eu, froid et sec, lui aussi n'avait pas apparu depuis des années. Malgré cela, Dimitri appréciait d'être chez lui par ce temps. Il avait son ordinateur, ses amis prêts à faire une viré dans le centre et surtout la climatisation, sans laquelle, il aurait bien été obligé de plonger dans sa piscine au fond de son jardin. Dimitri mesurait un mètre quatre-vingts pour soixante kilogrammes. Il avait les plus beaux yeux bleus de sa classe et ses cheveux mi bruns, mi blonds coupés court, maintenu vers le haut par du gèle extra fort dont il avait l'astuce, apparemment, un mélange de plusieurs gèles et d'autres ingrédients dont il ne faudrait peut-être pas donner la nomination... Dimitri venait de revenir du centre commercial où il était allé, avec sa mère, acheter les fournitures scolaires pour sa nouvelle année dans son Lycée Saint Grégoire. Il avait réussi à passer en Terminale Scientifique avec les félicitations du conseil de classe, rien d'anormal quand on sait qu'il avait une moyenne générale avoisinant les dix-sept. Il faisait partie des têtes de la classe avec son meilleur ami Olivier et une autre fille, dont il n'aimait pas trop l'attitude prétentieuse, provocatrice et par-dessus tout, sournoise.
La rentrée approchait à grands pas et Dimitri devenait de plus en plus surexcité à l'idée de revoir ses amis et surtout Olivier. Les professeurs presque lui manquaient surtout sa professeur de maths dont il avait créé des liens mystérieux... Toute la classe s'accordait à dire que les deux personnes avaient plus que des relations de professeurs à élèves, même si les deux niaient... On ne pouvait rien reprocher à Dimitri car si l'on regardait de plus près cette professeur de maths, elle était jeune, belle, intelligente, surtout en maths, d'une taille moyenne, une poitrine bien plus qu'accueillante, toutes les qualités requises pour faire naître chez une jeune adolescent un sentiment de convoitise. Olivier lui, ne voyait en rien quels intérêts avoir pour une professeur pareil, il n'arrivait pas à voir en elle une quelconque attirance ce qui désespérait énormément Dimitri, s'efforçant de lui expliquer en quoi il était attiré. Parfois il lui arrivait même de lui parler philosophie et d'en venir à ce pourquoi les hommes étaient attirés par la femme, hors mis les quelques cas que l'on appelle plus communément homosexuels et autres formes diverses de sexualités divergentes de ce que la société appelle la normalité. Parfois Dimitri abandonnait, voyant que son ami ne comprendrait jamais rien à la vie.
Enfin, on l'entendit crier presque dans toute la maison que c'était son dernier jour de vacances avant la rentrée des classes. Ses parents étaient fiers de leur enfant, unique soit-il. Sa mère travaillait dans une agence de voyage tandis-ce que son père lui partait tous les matins vers l'Elysée où il travaillait comme garde du corps du président de la République. Quant à Dimitri, il savait déjà ce qu'il voulait faire plus tard, il voulait devenir chercheur dans un centre de recherches pour les maladies car sa plus grande qualité était sa générosité. Le plus souvent il ne pensait qu'aux autres et s'oubliait lui même. Tous les professeurs l'avaient encourager dans cette fois car il aimait beaucoup la chimie en classe et était presque le seul à répondre aux questions et à faire les exercices demandés. Il avait toujours voulu ça depuis la classe de sixième déjà. Sac préparés, vêtement du lendemain déjà choisi. Dimitri aimait être bien organisé dans ce qu'il faisait. Au dîner le soir, il y avait eu les reste du midi car sa mère estimait qu'il n'était pas nécessaire de refaire un repas entier, pour le prix que cela coûtait.

La sonnerie avait déjà retenti que Dimitri s'empressa de rejoindre la classe dans laquelle il avait été placé. Et bien heureusement, il se retrouva avec son meilleur ami Olivier, ce qui promettait de grand fou-rires en classe et de très bon moment passés en sa compagnie. Le premier cours fût avec leur professeur principal et professeur de philosophie. La matinée se passa très bien, ils découvrirent tous leur programme de l'année et bien naturellement, les professeurs, chacun leur tour dans leur cours, ne cessaient pas de leur répéter que c'était l'année du bac, l'année des études futures à préparer et tout ce que les élèves savaient déjà. Le repas s'annonça très joyeux avec de nombreuses retrouvailles, des rires et des cris de joie se faisaient entendre dans toutes la cour de récréation des lycéens.


Dimitri - Et bien cette année va se passer comme sur des roulettes ! J'espère qu'on va bien s'amuser. Tu as remarqué le nouveau ?
Olivier - Wé, j'ai vu que lui, à croire que les filles savent pas être discrètes ... Elle se sont déjà toutes lancé à sa poursuite. Regardes se troupeau...pfff qu'est-ce qu'elles lui trouvent à ce mec ?
Dimitri - B'un j'sais pas, m'enfin tu remarquera que le mec se sape pas trop mal... Et son bronzage, il a du dépenser une fortune pour s'en faire un comme ça, m'étonnerait qu'il vienne d'un pays ensoleillé... Néanmoins, il y a quelque chose de bizarre chez lui ... J'sais pas trop quoi.
Olivier - Wé il est bizarre ce mec ... Attirer autant de filles, il doit avoir un parfum attrape-filles-en-chaleur ou quelque chose dans le genre...
Dimitri - Ahahaha !! Couillon va! Aller viens, les cours vont bientôt commencer.


En entrant dans la classe, les deux garçons se rendirent compte que le nouveau était dans la même classe qu'eux ce qui fit monter encore plus leur sentiment de dégoût envers cet être qui, en soit, ne leur avait pas fait grand mal, sinon d'attirer les plus belles filles du lycée pour lesquelles ils voulaient tenter d'approcher. Ce nouveau s'appelait Jean et mesurait trois têtes de moins que Olivier, déjà pas très grand. Il était blond et ses yeux étaient marron foncé, mais ce qui choqua Dimitri avait été son regard. Un regard qui poussait à la sympathie, mais aussi, et Olivier et Dimitri en faisait l'expérience, qui poussait à la limite de la peur. Rien n'était normal chez lui, du c'est ce que pensait les deux jeunes garçons. Le nouveau tourna la tête dans leur direction et les regarda avec froideur et eu un sourire léger, poussant Dimitri et Olivier à détourner la tête vers la professeur. Les autres cours se passèrent sans aucun problèmes et les deux adolescent se dirent qu'ils ne regarderaient plus jamais Jean de l'année et celui-ci ne semblait pas pour autant leur en tenir rigueur... Il tentait parfois d'engager la conversation, mais ils refusèrent et prétextèrent des occupations plus saugrenues les unes que les autres.



Partie 2 : Une année scolaire bien remplie

Le premier trimestre était déjà passé. Dimitri était cette fois le premier de la classe, talonner de très près par Olivier et Jean. Tous les trois avaient obtenue les félicitations du conseil de classe et les professeurs les appelaient "le trio-doué", ce qui ne déplu pas tant que cela, car ils voyaient de plus en plus de filles faire quelques tentatives d'approche et ce grâce à la notoriété de Jean. Plus les semaines passaient et plus Dimitri trouvait Jean bizarre. Celui-ci, alors qu'il avait de très bons résultats avait une liste d'absences prévues et imprévues qui s'agrandissait de plus en plus, à tel point que le directeur l'avait convoqué dans son bureau afin d'en parler. Le premier et deuxième trimestre étaient primordiales pour leurs études, car c'est les seuls que les écoles regardaient pour valider ou refuser les candidatures. Toutes la classe, à la surprise des professeurs était au-dessus de la moyenne, mais pas beaucoup plus cependant. Le travail devenait de plus en plus intense, mais le "trio-doué" suivait facilement tandis que le reste de la classe peinait à s'accrocher aux cours, si bien que certains étaient descendus très bas. Ils demandaient de plus en plus de conseil aux professeurs et parfois même au "trio-doué", ce qui ne leur déplu pas, heureux de pouvoir aider leurs camarades. Les professeurs multipliaient les devoirs qui devenaient eux aussi plus complexes. Dimitri aimait beaucoup se rythme de travail et Olivier commençait à se plaindre de ne plus avoir de temps à rien faire chez lui.
Alors que le cours de philosophie avait commencé, la secrétaire rentra en trombe dans la classe et demanda au professeur si elle pouvait lui parler rapidement, elle semblait choquée et déstabilisée. Personne n'avait entendu les dires de la secrétaire, mais lorsque le professeur rentra dans la classe, lui aussi avait l'air assommé. Il se planta devant sa classe, immobile, les poings serrés. Il avala sa salive et leur dit :


Le professeur - Je ne pensais pas que j'en viendrais à vous dire cela mes enfants... Pourquoi vous me direz ! Personne ne le sait. Il n'y a malheureusement encore aucune explications à se drame. Mais j'ai le regret de vous annoncer que notre cher directeur est décédé cette nuit même dans sa maison....

Il y eut un silence de marbre dans la classe et l'on entendit dans les couloirs même les mouches voler.

Le professeur - Nous avons décidé d'annuler les prochains cours. Ceux qui peuvent rentrer chez eux sont libre de partir, pour les autres, nous vous demandons de bien comprendre que vous devez rester là. La psychologue scolaire est restée dans le Lycée si jamais vous avez besoin. Je vous souhaite à tous une bonne fin de journée malgré tout. Mais avant cela, nous allons faire une minute de silence en l'honneur du directeur.

La sonnerie retenti. Toutes les classes se turent pendant une minute. La sonnerie retenti de nouveau pour annoncer la fin de la minute de silence. Tous les élèves sortirent des classes dans un même silence. Certains s'en allèrent, d'autre allèrent au CDI ou bien en salle de permanence et l'on vit quelques-uns, discrètement, se diriger vers la classe réservée à la psyohologue scolaire.

Dimitri - Mince alors... Le Dirlo...Arf pas cool ça, et personne ne sait ce qu'il lui est arrivé ? Pas même la police ? Qui va donc le remplacer ? Sûrement pas cette vieille rombière de secrétaire. Elle voit pas à deux mètres devant elle. Toujours à engueuler les élèves.
[Olivier - C'est clair. C'est si soudain ! Pourtant, c'est pas un vieux croûton...Il avait la vie devant lui. Peut être assassiné ... Ou peut être qu'on a pas voulu nous dire de quoi il était mort...mort d'amour...ahaha !
Dimitri - Ne rigole pas ! On peut vraiment mourir d'amour tu sais. Je crois que c'est une histoire de taux de concentration de quelque chose dans l'organisme qui régule notre plaisir et si tu en as trop, c'est ça qui fait qu'on meurt de plaisir.
Olivier - Rappelle moi le jour où je trouverais une fille, de lui dire de pas y aller trop fort avec moi...


Les deux jeunes garçons, riant aux grands éclats, partirent vers le centre-ville pour finir la journée dans un pub, comme ils en avaient l'habitude à chaque fin de semaine car ils en avaient le temps.
L'enterrement avait été fixé deux jours après. En cette occasion, le Lycée avait été fermé et une lettre avait été envoyée à toutes les familles comme quoi elles étaient conviées à cet enterrement. Tout le monde n'avait pas pu veni, mais une bonne majorité des terminales étaient présent. L'enterrement fut très bien et un honneur au Directeur avait été élevé par le Maire de la Ville. Malgré cela, Dimitri remarqua que la famille de Jean était présente mais pas lui. Il en fit sitôt la remarque à Olivier qui n'en prêta pas bien grande attention.
Les cours reprirent et se fut au tour de Dimitri d'être de plus en plus absent lui aussi. Les professeurs devenaient de plus en plus suspicieux car ses absences tombaient en même temps que celles de Jean ce qui inquiéta Olivier. Mais lorsqu'il revenait, Dimitri restait de glace devant les questionnement de son ami mais ne s'en éloignait pas pour autant et faisait comme s'il ne se passait rien mais il s'occupait de plus en plus de Jean et semblait le surveiller comme s'il savait quelque chose que personne ne savait sur lui.



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 10 Avr - 10:23

Partie 3 : Changement (oui je sais ... c'est nul comme titre ^^)

Olivier ne savait pas pourquoi son ami se comportait comme cela et il était bien décidé à savoir le pourquoi du comment. Il attendrait le moment opportun pour l'entraîner à l'écart des autres afin d'être tranquille et de discuter calmement de ce problème. Seulement, il était difficile de trouver un tel moment avec les cours et le peu de temps de repos dont ils disposaient aux inter-cours. Mais un jour, il réussi à prendre son jeune ami à part sous des escaliers.


Dimitri - Et bien tu veux me demander quelque chose ? J'espère que c'est pas de t'embrasser parce que tu es en manque d'amour. Je dis non tout de suite !, dit-il avec ironie.
Olivier - Non non, rassure-toi, je n'en suis pas rendu à ce point là tout de même. Non je voulais te parler de quelque chose de plus important : toi ! Depuis quelques temps tu as étrangement changé. Je sais pas si tu as remarqué, enfin ça m'étonnerais mais tu es absent aux même moment que Jean, exactement, maintenant, lorsqu'un est absent l'autre aussi. Et à chaque fois, tu reviens, comme si rien ne s'était produit ! Tu espionnes même Jean de plus en plus. Tu n'arrêtes pas de le regarder. Dis moi pas que tu es tombé amoureux toi aussi de se pauvre mec ?
Dimitri - Yeeeh ! Oh ! Je te permes pas de dire ça sur moi ok ! Et puis vous vous faites tous erreur...Je vais très bien et je n'ai pas changer Olivier. Crois moi, sinon je te le dirais ! Et laisse tomber avec Jean. Bon on va être en retard pour les cours là, dépêche-toi.


Olivier le suivi et souriait, car il était heureux d'apprendre que son ami allait bien. Ainsi, la journée se passa beaucoup mieux entre les deux amis, même si le doute subsistait dans la tête d'Olivier. Pourtant, Dimitri devenait de plus en plus mystérieux et semblait beaucoup se préoccuper de Jean. La fin du deuxième trimestre approchait et celui-ci en était pour le moins encore plus étrange car Dimitri ne s'absentait presque plus et Olivier l'avait bien remarquer. Il savait que c'était depuis qu'il lui avait parlé. La fin des cours avait sonné et Olivier raccompagna Dimitri chez lui comme à leur habitude. Chacun tenait une semaine et aujourd'hui était le tour d'Olivier de raccompagner son compagnon. Cependant, le temps n'était pas aux discussions dehors. La pluie tombait et exaspérait Dimitri.

Olivier - Et voilà la pluie qui s'y met ... Sûrement pour pleurer notre pauvre ancien dirlo...
Dimitri - Pas sûr ça ... M'enfin, elle me soul vraiment cette pluie. Elle peut pas s'arrêter un peu celle là !
Soudain, la pluie cessa...
Olivier - Et b'un tu m'apprendras ce tour de pass-pass un de ces jours !
Dimitri - Si tu veux !
Dit-il avec le sourire au coin des lèvres.

Après une poignée de main, Olivier s'en alla, mais alla se cacher immédiatement derrière une voiture et resta planté là, attendant que son ami sorte de chez lui. Il voulait savoir ce que préparait Dimitri pour être aussi étrange ces temps-ci. Dix minutes passèrent, puis vingts, il était déjà dix-neuf heures et Dimitri n'était toujours pas sorti de chez lui. Puis lorsque Olivier s'apprêta à retourner chez lui, la porte de la maison d'en-face s'ouvrit. Dimitri descendit les escaliers et parti vers la gauche. Son ami ne manqua pas cette occasion et le suivi, à bonne distance pour ne pas élever les soupçons. Ils marchaient longtemps avant de s'arrêter au supermarché du quartier où Dimitri acheta deux baguettes de pains, une boite de céréales et d'autres petites choses écrites sur un bout de papier qu'il tenait fermement dans la main. Tout compte fait, Olivier se sentait idiot d'avoir pu penser que Dimitri préparait quelque chose de louche pour prendre la peine de le suivre, sur de simple pressentiments. Dès le lendemain matin, Olivier s'était précipité sur Dimitri car il voulait s'excuser de l'avoir suivi la veille.


Olivier - Salut Dimi...
Dimitri - Alors comme ça on m'espionne le soir ?
Olivier - Co...co...comment tu sais ça ? Je voulais venir m'excuser en plus là...
Dimitri - Je sais, je sais. Je t'excuse, mais ne recommence plus !
Olivier - Mais comment tu peux le savoir que je venais m'excuser... Et comment tu as su pour hier soir ?
Dimitri - Laisse tomber, le plus important c'est que tu aies voulu t'excuser non ? Aller viens, 'ya la sonnerie.


Toutes ls classes étaient au courant des relations tendues entre Olivier et Jean et chacun affirmait qu'il ne s'agissait que d'un duel pour avoir la deuxième place au classement de la classe, même les professeurs en rigolaient et faisaient quelques sous-entendus sur le propos. Mais Olivier savait pertinemment qu'il ne s'agissait pas de cela, il ne savait pas pourquoi, mais une chose était sûr, c'est que cela avait un rapport avec Dimitri. Quant à Jean, il pensait qu'Olivier était jaloux de son charisme auprès des filles. Le jour suivant, on annonça l'arrivée du nouveau directeur du Lycée Saint Grégoire. Celui-ci fit un discours au milieu de la cour qui ennuya plus d'un. L'homme était grand et imposant, chauve et un peu coincé pensa Olivier vu la façon dont il avait de parler et de s'habiller. Lorsque l'interminable discours fut fini, les élèves furent convié à rejoindre leur classe avec le professeurs avec qui ils avaient cours. Malgré le respect qu'il imposait, les plus teigneux du lycée ne se privèrent pas de lui réserver un accueil digne de ce nom. Ils testèrent le nouveau directeur, comme en était la coutume dans ce lycée à chaque nouveau directeur. Bien sûr, personne n'était au courant de rien et comme il était inimaginable de coller tout un lycée entier, on mit en garde et on passa l'époonge. On soupçonnait même quelques professeurs d'être complice...


CHAPITRE II
.¤.


Partie 1 : Fallait y penser

Le printemps était arrivé depuis deux semaines déjà. Dans les classes, on entendait chanter les oiseaux, on commençait même à laisser les fenêtre ouvertes pour laisser entrer l'air pur et parfumé. Les élèves eux entamèrent leurs révisions pour l'examin de fin d'année et on les trouvait de plus en plus dehors dans la cour soit à discuter, jouer, réviser ou même profiter simplement des beaux temps. Les classes de secondes étaient parties en voyage en Angleterre et les premières avaient visité un studio de tournage de film. Le téléphone sonna. Le jeune garçon décrocha.


Olivier - Oui, allô ?
Dimitri - Salut Oliv', c'est Dim'. Tu vas bien ?
Olivier - Wé super et toi ?
Dimitri - Ca va ça va. Tu fais quoi là ? T'es occupé ?
Olivier - Eu j'allais regarder la première saison de Stargate que j'ai en DVD.
Dimitri - Ok ! Je t'invite à la maison, ramène tes DVD alors.
Olivier - Ah ! Cool ! J'arrive, laisse-moi le temps de me préparer.
Dimitri - Ok ! A tout à l'heure alors.


Il raccrocha le combiné, prépara son sac en y mettant ses DVD et prévint ses parents qu'il partait chez Dimitri. En chemin, il croisa son voisin en train de discuter avec le boulanger du quartier. Les deux hommes avaient un air grave, à ce qu'il avait pu entendre, un jeune garçon était mort dans les mêmes circonstances que le directeur. La police ne savait pas du tout comment ni pourquoi. On avait retrouvé le corps allonger sans le canapé de son salon, sa PSP dans ses mains. Il n'avait pas bien entendu le prénom du jeune garçon, mais il détourna la tête en voyant que les deux hommes le regardèrent. Il accéléra le pas pour annoncer la tragique nouvelle à Dimitri. Il tourna à gauche et se retrouva nez à nez avec Jean...

Olivier - Oh ! Excuses moi, Jean.
Jean - 'Y a pas d'mal p'tit gars !
Olivier - Bon b'un je continue par là moi... Salut et bonne journée.
Jean - Wep c'est ça.


Tous deux se quittèrent sans aucun mot de plus, mais Olivier sentait derrière lui qu'il le regardait fixement et montait en lui un sentiment étrange qu'il n'arrivait pas à s'expliquer. Lorsqu'il tourna à gauche une nouvelle fois, il vit la maison de son compagnon et fut presque soulagé de l'avoir atteinte. Il eut à peine le temps de sonner que Dimitri ouvrit la porte.

Dimitri - Entre, entre...Ne reste pas là voyons.

Il regarda son ami et entra. Il était venu de nombreuses fois chez lui et s'étonnais toujours autant de voir une si grande maison. Quand on la voyait de l'extérieur, on ne pensait pas qu'il y avait tant de place. Le salon était en face d'eux, à droite la chambre des parents plus loin la cuisine et les toilettes, à gauche la chambre de Dimitri et une pièce aménagée pour l'ordinateur et ses consoles de jeux. Il les avaient toutes de la première à la toute dernière.

Dimitri - Tu connais le chemin... Fait comme chez toi surtout. Tu veux boire quelque chose ? alors qu'il était déjà entré dans la cuisine.
Olivier - Pourquoi pas. Un pepsi me suffira.
Dimitri - Il y en a un sur la table près de l'ordinateur si tu veux.
Olivier - Ok... Quelle rapidité du service ! Tu vas pas entrer en hôtellerie toi ? Ou alors tu lis dans les pensées et tu as su que je voulais un pepsi... Ahaha !
Il y eut un moment de silence.
Dimitri - Tu demandes toujours un pepsi, alors je me suis dit que tu n'allait pas changer depuis le temps et que tu demanderais un pepsi aujourd'hui.
Olivier - Ah ok ! Tu fou quoi dans la cuisine ?
Dimitri - Je prends les pains aux chocolats. Tu veux autres choses avec ?
Olivier - Nan merci c'est bon ! Dépeche toi sinon on n'aura pas le temps de tout regarder sinon !
Dimitri - T'inquiète pas, j'arrive, j'arrive,
dit-il en entrant dans la pièce.



Partie 2 : Ni vu, ni connu

L'homme marchait sur le trottoir sans trop regardez où il mettait les pieds. Il avait l'air grave et son regard était vide. Un regard pour le moins étrange, il dégageait à la fois la sympathie et la férocité. Tout cela par l'intermédiaire d'yeux marrons. Ces cheveux étaient de couleurs jaunes et lui arrivait un peu plus bas que les omoplates. Il était vêtu étrangement avec une longue robe bleue foncée qui paraissait flotter. Il posa la main sur la poignée de la porte et l'abaissa. Elle était fermée. Dès lors, il posa la main sur la trou de la serrure et un flash apparu. Un flash rouge intense de très courte durée. Une odeur âcre s'éleva depuis la serrure. Il retira sa main et l'on pouvait voir la serrure complètement brûlée. Il poussa la porte et entra. Au sol s'étendait un parquet que l'on n'entendait pas craquer à l'approche de l'homme, car celui se trouvait à quelques centimètres au-dessus. Les lampes du couloirs, elles, ne cessaient de clignoter. Un jeune garçon était avachi dans son fauteuil, regardant le match de football. En pyjama, il était complètement absorbé par le match à tel point qu'il n'avait pas remarqué l'intrusion de l'homme dans la maison et pestiférait contre l'arbitre qui, apparemment avait sifflé un pénalty qui n'avait pas lieu d'être. L'inconnu l'ayant remarqué s'avança vers lui lentement, quasiment comme une lionne guettant sa proie, prête à bondir sur elle. Soudain, l'adolescent se leva, sans doute pour aller chercher à boire, alors que l'équipe adverse avait marqué le but. Il se retrouva nez à nez avec l'intrus. Le même flash apparu et le jeune garçon tomba à terre, mort. La même odeur âcre s'échappait du corps inerte du jeune garçon et s'installa dans toute la maison.



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 10 Avr - 10:24

Partie 2 : Ni vu, ni connu

L'homme marchait sur le trottoir sans trop regardez où il mettait les pieds. Il avait l'air grave et son regard était vide. Un regard pour le moins étrange, il dégageait à la fois la sympathie et la férocité. Tout cela par l'intermédiaire d'yeux marrons. Ces cheveux étaient de couleurs jaunes et lui arrivait un peu plus bas que les omoplates. Il était vêtu étrangement avec une longue robe bleue foncée qui paraissait flotter. Il posa la main sur la poignée de la porte et l'abaissa. Elle était fermée. Dès lors, il posa la main sur la trou de la serrure et un flash apparu. Un flash rouge intense de très courte durée. Une odeur âcre s'éleva depuis la serrure. Il retira sa main et l'on pouvait voir la serrure complètement brûlée. Il poussa la porte et entra. Au sol s'étendait un parquet que l'on n'entendait pas craquer à l'approche de l'homme, car celui se trouvait à quelques centimètres au-dessus. Les lampes du couloirs, elles, ne cessaient de clignoter. Un jeune garçon était avachi dans son fauteuil, regardant le match de football. En pyjama, il était complètement absorbé par le match à tel point qu'il n'avait pas remarqué l'intrusion de l'homme dans la maison et pestiférait contre l'arbitre qui, apparemment avait sifflé un pénalty qui n'avait pas lieu d'être. L'inconnu l'ayant remarqué s'avança vers lui lentement, quasiment comme une lionne guettant sa proie, prête à bondir sur elle. Soudain, l'adolescent se leva, sans doute pour aller chercher à boire, alors que l'équipe adverse avait marqué le but. Il se retrouva nez à nez avec l'intrus. Le même flash apparu et le jeune garçon tomba à terre, mort. La même odeur âcre s'échappait du corps inerte du jeune garçon et s'installa dans toute la maison.



Partie 3 : Rêver d'une rêverie

Olivier - Bon alors on se les regarde ces DVD ?
Dimitri - Mais tu es venu là pour ça mon cher Olivier ! Je t'en prie...
Olivier - Ok ok j'espère que le son sera bon avec tes enceintes.
Dimitri - Je gère t'inquiète.


Olivier inséra le premier DVD. Tous les deux étaient absorbés par le film et n'avait pas décroché un seul mot. On aurait dit qu'ils essayaient d'apprendre par coeur le film pour le restituer par écrit lors d'un devoir. Le deuxième DVD avait eu le même effet sur les deux adolescents, quelqu'un aurait pu rentrer et pris leur pepsi qu'ils ne s'en seraient pas aperçu. Pour le troisième, Dimitri semblait moins préoccupé par le film. Il tournait la tête vers Olivier de temps en temps et fini par poser sa main sur la télécommande et éteint la télévision.

Olivier - Hey ! Pourquoi t'as éteint ?
Dimitri - Ca me soûlait ! Bon j'ai un sujet super sur lequel on pourrait parler ! Ca nous occupera. Raconte-moi un de tes rêves ! Je te raconterais un des miens.
Olivier - Oula ! B'un disons que si je te racontais un de mes rêves, tu me prendrais pour un fou.
Dimitri - Mais non mais non. Aller vas-y.
Olivier - Bon ok, tu l'auras voulu. Alors pas plus tard que cette nuit, justement j'ai rêvé d'un truc encore plus étrange que d'habitude. Je me trouvais dans un monde complètement à part. Je sais pas trop où mais il y faisait super sombre et tout ! J'étais accompagné d'un mec, 'me rappelle plus trop de son visage d'ailleurs. Il était habillé avec une robe... Enfait c'était peut peut-être une fille. Quoi qui l'en soit, on marchait le long d'un grand pont en pierre, pas protégé sur les côtés, une sorte de passerelle et ça menait droit vers un gigantesque bâtiment rond, comme un champignon... et là deux personnes, genres des gardes sont apparus comme par magie devant nous et nous ont demandé qui nous étions... Non non non c'est trop bête. Tu vois je suis sûr que tu te demandes ce que j'ai dans la tête et que je deviens un psychopathe fanatique aliéné échappé d'un asile.
Dimitri - Ahahaha !! Mais non rassure-toi, tu es parfaitement normal pour moi Olivier.
Olivier - Wé b'un racontes moi donc un de tes rêves que je vois qui est le plus psychopathe d'entre nous deux.
Dimitri - Ecoute, il je t'ai pas invité à la maison pour rien. Fallait que je te parle. C'est important !
Olivier - ...
Dimitri - Ca fait super longtemps qu'on se connait tous les deux n'est-ce pas ? On est dans la même classe depuis très longtemps. On se connaît par coeur toi et moi. On fait presque pas un pas sans l'autre. Mais voilà depuis cet été je me suis juré de te le dire. J'ai essayé plein de fois mais j'ai jamais réussi. Je pensais pas que ça atteindrait une telle ampleur en moi.
Olivier - N'en dis pas plus Dim'...
Là il se tourna entièrement vers son ami et se pencha sur lui puis ferma les yeux. Malheureusement, Dimitri n'avait pas prévu de lui dire ça, mais plutôt autre chose que son amour pour lui.

Le lendemain matin, Dimitri dormait encore profondément après une nuit agitée. Olivier quant à lui venait de se reveiller. Il resta allongé à côté de Dimitri, les yeux grands ouverts, fixant le plafond. Enfin son rêve se réalisa. Il avait enfin pu trouver quelqu'un avec qui partager plus de choses qu'une simple amitié. Mais il se demandait s'il n'allait pas gâcher une si belle amitié avec son meilleur ami Dimitri pour un amour qui venait tout juste de commencer. Il mit un caleçon et décida d'aller prendre son petit déjeuner. puis d'appeler ses parents ensuite pour les prévenir qu'il était resté dormir chez son ami. Il se leva et ses yeux croisèrent un objet étrange qui ne paraissait pas prendre sa place sur cette étagère. Il se dirigea vers l'objet et le pris dans sa main droite. L'objet était long et fin, métalique d'un gris foncé. Olivier n'avait jamais vu un tel objet auparavant. Il était recouvert de symboles méconnus d'Olivier. Celui-ci remarqua que l'on pouvait le tourner sur un côté, ce qu'il fit immédiatement. D'un coup l'objet s'éleva un peu dans les airs. Les deux pôles de l'objet s'écartèrent l'un de l'autre et une sorte de fil d'énergie les maintenait. Puis ce fil d'énergie se déroula et laissa place à une porte, à en jugé par sa forme. Olivier ne distinguait pas ce qu'il y avait derrière car il faisait noir mais remarqua un début de marche en pierre. Là il hésita, regarda Dimitri toujours endormi et décida de faire un premier pas à l'intérieur. C'était comme si la porte existait réellement et que ces marches étaient bien réelles. Il entre et des flambeau s'allumèrent de chaque côté du mur. Ceux-ci était de couleur brique et lorsque Olivier voulu les toucher, ce fut comme si il touchait de l'eau...Des ondes circulaires se formèrent autour du doigt du jeune garçon. A chaque avancée qu'il faisait, des flambeaux s'allumaient pour éclairer ses pas et ceux de derrière qui ne servaient plus à rien s'éteignaient. Les marches devenaient de plus en plus récente à tel point qu'à un moment, l'on aurait dit du marbre. Enfin, après dix minutes à descendre, il se retrouva face à une porte ronde. Il y était dessiné un aigle avec ses ailes écartées de chaque côté. Puis il sentit une main chaude se poser sur sa main...



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 10 Avr - 17:02

CHAPITRE III
.¤.


Partie 1 : Un Monde à part

Dimitri - Ne dis rien plus rien et laisse-moi essayer de t'expliquer... Voilà ce que j'ai essayé de te dire depuis tant de temps, et même hier soir encore mais tu ne m'as pas laissé le temps de parler. Bien évidemment, j'allais t'en parler aussi de ça... Mais si tôt, m'enfin c'est fait et on ne retournera pas en arrière je pense. Pourtant, ça ne change en rien de ce que je vais te dire maintenant. Promes moi une chose, tout ce que je te dirai devra rester entre nous deux et uniquement entre nous deux. Hors de question d'aller en parler aux autres de la classe ni même à tes parents. N'y fait jamais allusion, n'évoque rien de tout cela.
Olivier - Ok je t'écoute et je te promes de rester muet.
Dimitri - Merci. Bon alors. J'ai réfléchi pendant tout ce temps à la façon de te le dire mais j'ai vraiment eu beaucoup de mal car annoncer ça à son meilleur pote... Non l'annoncer à toi, c'est presque impossible. Mais il faut que tu le saches tout de même car tu es beaucoup concerné dans l'histoire. Bien, sache déjà que je ne m'appelle pas réellement Dimitri...ni ne ressemble à la personne que tu vois en face de toi. C'est surtout ça qui m'a fait peur car j'étais terrifié à l'idée que tu me... enfin que tout ce que j'ai fait pour qu'on se rapproche s'effondre. Depuis des années en fait je suis ce que je suis et j'ai pris cette apparence et me suis rapproché de toi pour mieux te connaître et ce que je n'avais pas prévu c'est que ça marche si facilement qu'il y a eu plus que de l'amitié entre nous. En soit, ça m'arrange un peu si tu c**çois de continuer à m'aimer comme moi je t'aime. Si tu veux, tu peux dire que je suis un peu un "extraterrestre"... Car en effet, je ne viens pas de ce monde mais d'un monde "parallèle" au votre qui s'appelle : Gaïa. Hier ne t'ai-je pas demandé de me raconter un de tes rêves ? Et comme prévu tu as voulu, malgré toi, me raconter le rêve étrange que tu avais fait mais c'est pas un hasard que tu aies fait ce rêve. C'est moi qui t'ai "obligé" à rêver de ça et ce que tu as vu n'est autre que mon monde à moi. La personne qui était à côté de toi, et bien c'était moi mais sous ma vrai apparence mais je ne t'ai pas donné le temps de voir à quoi je resemblais car je voulais te le montrer en vrai, devant toi. Et pour couronner le tout et comme si tu ne t'y attendais pas un petit peu, j'ai comme qui dirait des pouvoirs, énormément car je suis le plus puissant du monde de Gaïa mais je t'expliquerais ça en détail plus tard...
Olivier - 'tain ! Trop la vache quoi ! Woaaa ! Génial, fallait me le dire plus tôt... Mais alors tu t'appelles comment en vrai ? Et moi je viens faire quoi dedans ?
Dimitri - C'est vrai ? Et bien content que tu le prennes aussi bien, ça me soulage Oliv' ! Je m'appelle Shiro. En ce qui te concerne et bien je pense que tu vas être encore plus subjugué par ce que je vais t'apprendre mais je te surveille depuis quelques temps comme tu le sais car nous avons remarqué que tu avais les mêmes capacités que le peuple de Gaïa. Oui tu as bien entendu... Tu es comme nous Olivier, seulement tes parents ont décidé de celer tes pouvoirs dans ton corps et de te faire naître dans ce monde pour éviter que tu te face tuer durant la guerre qui a eu lieu il y a de ça quelques millénaires déjà. Mais maintenant elle est términé et nous tentons de repeupler Gaïa.
Olivier - Roooh trop d'la bal' ! Et je sais faire quoi ? Genre planer dans les airs ou bien encore jeter des sorts... Et ils ressemblent à quoi le peuple de Gaïa ?
demanda Olivier qui semblait tout excité à l'idée d'être un être hors du commun comme son ami Dimitri.
Dimitri - Oui tu pourras faire ça mais avant tout je devrais d'abords libérer tes pouvoirs. A quoi resemble le peuple de Gaïa ? Et bien je vais te le montrer tout de suite si tu permes Keiji...
Olivier - Keiji ? c'est quoi ?
Dimitri - C'est ton prénom sur Gaïa. Maintenant je vais te demander quelques chose... Acceptes tu de venir avec moi ? Si tu refuse et biens j'effacerais tout tes souvenirs de ce que je viens de te dire et de ce que tu as découvert.
Olivier - Quoi ? Tu rigoles j'espère là ??? Bien sûr que j'accepte de venir avec toi !
Dimitri - Bien écarte toi un peu que j'ouvre la porte.
dit-il avec un sourire de joie.

Olivier s'écarta tandis que Dimitri s'approcha un peu plus de cette porte ronde. Il se planta face à l'aigle leva la main face à son bec. Olivier fut surpris lorsqu'il vit l'aigle se matérialisé en un véritable aigle royale, sa tête arriva au moins au même niveau que le torse à Dimitri. Il secoua ses ailes comme s'il essayait de se les dégourdire.


L'aigle - Ah ça fait du bien de sortir un peu ! Oh bonjours maître. Comment aller vous ? Mais ! Attention derrière vous, un humain...
Dimitri - Rassure toi Balafre, il est au courant, je te présente Olivier...enfin Keiji si tu préfères.
L'aigle - Ah ! C'est donc lui. Il est enfin au courant, depuis le temps ! Bonjours cher enfant. Moi c'est Balafre, l'aigle de service de chez Monsieur Shiro...!
Olivier - Bon..bonjours Balafre. Heureux de te rencontrer.
Dimitri - Balafre garde cette porte parce que je l'ai puni. Il a, disons, mal agit dernièrement. Et je lui rappelle qu'il n'a pas intérêt à se plaindre sinon j'augmente la sentence !
tout en regarde l'aigle d'un mauvais oeil. Aller viens ici...en montrant son épaule. Celui-ci ne se fit pas prier. Il diminua de taille et pris une forme tout autre puis se posa sur l'épaule de Dimitri et disparu. Et quand il n'est pas puni, Balafre reste avec moi, ou du moi près de moi. Chaque habitant de Gaïa possède son animal et plus on est puissant, plus on possède d'animaux. Moi, j'en ai cinq, dont Balafre, et je me ferais un plaisir de te les présenter. Viens, entrons.
Olivier - Cool ça ! J'en aurais moi aussi ?
Dimitri - On verra ça, aller entre Oliv'. On a plein de choses à faire.




Partie 2 - A : Gaïa

Lorsque la porte s'ouvrit, Olivier découvrit une pièce ronde. En son centre, une colonne qui partait du plafond mais qui n'allait pas jusqu'au sol. Il y voyait à l'intérieur une sorte de liquide bleu et dans lequel flottait au centre une sphère...une sphère qui brillait et tournait sur elle-même...une sphère d'énergie dans laquelle étaient renfermées les milliers d'âme de Gaïa, comme lui expliqua Dimitri. En quelques sorte, cette sphère représentait son monde. Lorsque Olivier avança sa main vers cette sphère, elle fut repousser violemment.


Dimitri - Ne touche surtout pas ça ! Ou bien tu est devenu suicidaire et que tu ne m'aies pas prévenu encore...
Olivier - Nan nan, c'est bon, je voulais juste voir de plus près. C'est incroyable que vous puissiez enfermer les âmes des gens dans une simple sphère...


Sur sa gauche, il y avait quatre portes de la même couleur. Sur une des portes, il y avait deux traits ondulés l'un sur l'autre. Le signe de l'eau, entouré d'un soleil et dont les rayons allaient jusqu'aux limites de la porte. De l'autre côté à droite, une sorte d'écran géant. Olivier fut étonné de trouver un écran géant et regarda son ami d'un oeil interrogateur.

Dimitri - Oui... Je sais, tu t'attendais peut être à un monde ancien, trop ancien pour avoir ce genre de technologie ? Il faut bien se mettre à la pointe de la technologie mais à ce niveau là, nous sommes meilleurs que sur Terre. Nous pouvons faire voler les voitures, nos ordinateur sont indépendants... Chez vous, l'être humain n'utilise que dix pour cent des capacités qu'offre le cerveau alors que nous c'est l'inverse, nous utilisons quatre-vingt-dix pour cent. Nous nous sommes développé beaucoup plus rapidement. Nos pouvoir sont dût au quatre-vingts pour cent en plus que vous. Bien... Il est tend je crois de te montrer Gaïa telle qu'elle est. Suis moi.

Il se dirigea vers la porte avec le symbole et l'ouvrit. Le spectacle fut de taille. Olivier en resta bouche bée. De gigantesque bâtiment s'élevaient vers le ciel. Mais Olivier remarqua qu'il n'y avait pas de ciel mais que l'on se trouvait sous terre. Il reconnu alors le grand bâtiment en forme de champignon, tel qu'il était dans son rêve et aperçu la passerelle qui menait vers cet édifice...

Dimitri - Oh ! Mais j'oubliais, je ne t'ai pas montré ma vraie apparence d'homme de Gaïa. Ecarte toi bien, ça va secouer un peu.

Olivier s'écarta précipitamment et se colla sur un mur. Dimitri ferma les yeux. Un halo d'énergie de couleur verte se forma autour de lui par endroit. La pièce trembla de plus en plus. Son corps devenait de plus en plus transparent jusqu'à ce qu'il est totalement disparue puis une forme se dessina. Des cheveux longs, noirs apparurent, voletant avec la puissance, une longue robe blanche apparue, elle aussi voletant avec la puissance que dégageait Dimitri. Son visage se dessina lui aussi, un visage fin, des yeux bleus clairs. Olivier était absorbé par la beauté du jeune homme qui se postait devant lui mais aussi par sa taille car il était beaucoup plus grand que Dimitri. Etait-ce toujours le même ? Le même Dimitri qu'il connaissait ?

Dimitri - Rassure toi, je suis toujours le même seulement mon apparence à changer et mes pouvoirs sont libérés car en étant Dimitri, l'adolescent, mes pouvoirs sont renfermé afin d'éviter tout débordemant. Il s'approcha d'Olivier et l'embrassa, pour le rassurer et le convaincre qu'il était toujours le même.
Olivier - T'es encore plus beau qu'avant ! Je ressemblerais à ça moi ?
Dimitri - Je n'en sais rien, on verra quand j'aurais libéré tes pouvoirs. Bon allons-y, je pense que tu sais ce qu'il va se passer là ?
Olivier - On va vers ce ... ce champignon ?
Dimitri - Ahahahah ! Champignon ? C'est l'Académie. Tout le monde t'attend je pense.


[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 10 Avr - 23:46

Partie 2 - B : Gaïa

Olivier et Dimitri marchaient côte à côte et Olivier ne cessait pas de regarder tout autour de lui. Il voyait des gens voler, habillés comme Dimitri, certains avaient des ailes dans le dos, d'autres non, ce qui fit penser à Olivier que cela signifiait peut être leur appartenance à un certain rang dans la Société gaïenne. La ville semblait tout droit sortie d'un film futuriste, des sortes de vaisseaux spatiales volaient eux aussi, ils n'avaient pas de roues mais des sortes de réacteurs à la place, ce qui devait leur permettre de rester dans les airs. Heureusement qu'il n'avait pas le vertige car lorsqu'il regarda en bas, il crut se retrouver près du Grand Canyon du Colorado. Puis une remarque lui vint à l'esprit. Comment pouvait-il voir tout cela alors qu'il se trouvait sous la terre et qu'il n'y avait aucune fenêtre, aucun trou d'aération ni quoique se soit qui permette à la lumière d'éclairer la ville sous-terraine.


Olivier - Dis-moi, comment vous éclairez toute la ville ? Je viens de m'en apercevoir justement car j'arrive à voir comme si la ville était en pleine air.
Dimitri - Oh ! Bonne remarque... Et bien tu vois le "champignon" ? Et bien c'est lui qui éclair la ville. Les membres du conseil lui on conféré le pouvoir d'illuminer la ville et donc c'est pour cela que tu as l'impression d'être à l'air libre tout en vivant sous terre.


Ils continuaient leur marche, mais deux hommes étaient apparus devant eux d'un coup. Comme dans le rêve d'Olivier. Les deux hommes étaient taillés sur le même modèle, portaient les mêmes vêtements, les mêmes armes mais n'avaient cependant pas la même tête. L'homme de gauche demanda pourquoi ils étaient ici et ce qu'ils venaient faire. L'homme regardait surtout Olivier et s'approcha de lui mais Dimitri s'interposa sans qu'Olivier s'en rende compte, tout avait été si vite. Les deux gardes reculèrent, près à se défendre. Puis soudain, l'autre garde fixa Dimitri et s'agenouilla. Il invita l'autre à faire de même, puis ils disparurent dans un nuage de fumée noire.

Olivier - Pourquoi ont-ils réagit comme ça ?
Dimitri - Ils n'ont pas fait attention à qui ils avaient à faire je crois... Tu sais ici, il faudra d'y habituer mais j'ai un grade plus qu'important à Gaïa. Certain me considère comme un roi, d'autre même vont jusqu'à me traiter de Dieu. Ma fois, ça ne me dérange pas. En tout cas, tout le monde me respecte et c'est ce qu'il faut sur Gaïa.
Olivier - Dis-moi autre chose, j'ai remarquer que beaucoup de choses ici était de forme circulaire... On dirait même une obsession...
Dimitri - Très bonne observation en tout cas. C'est vrai que le cercle et la sphère ont une place très importante dans notre vie. Enfait, il représente pour nous la perfection, nous essayons d'incarner la perfection. C'est presque un symbole à Gaïa. Le cercle est, dès notre enfance, enseigné par nos ancêtres, comme parfait pour sa forme mais aussi pour sa pureté car contrairement au carré ou bien aux autres formes, le cercle ne possède aucunes formes complexes, aucunes formes dur tel un angle ou bien une ligne droite.
Olivier - Mais alors le symbole que j'ai vu sur la porte en entrant tout à l'heure ?
Dimitri - Je t'expliquerai un autre moment.


Dès lors, ils continuaient de marcher vers le gigantesque bâtiment. Plus il avançait et plus Olivier se demandait si le bâtiment était vraiment réel vu ses dimensions. Les gaïens étaient de plus en plus nombreux et chaque fois qu'ils croisaient Dimitri s'arrêtaient et le saluaient. Soudain, Olivier se sentit porté et lorsqu'il regardait la cause, il vit qu'il s'agissait de Dimitri qui l'avait pris entre ses bras, mais un Dimitri avec de longues ailes blanche à plumes, de vraies plumes remarqua Olivier car lorsqu'il battait des ailes, certaines se détachaient et tombaient en virevoltant. Cheveux au vent, Dimitri l'emmena vers la partie basse du champignon. Il aimai beaucoup se retrouver dans les bras de Dimitri, il se sentait protégé et rien ne pouvait lui arriver. Mais le voyage dans ses bras fut de courte durée et il arriva au sol où Dimitri le lâcha pour le libérer. Devant lui se trouvait une gigantesque porte aux formes arrondies et Olivier n'osa même pas regarder en l'air de peur de perdre l'équilibre. Dimitri l'invita à entrer le premier ce qu'Olivier n'appréciait pas, car il ne savait pas dans quoi il entrait mais faisait confiance à son ami. L'intérieur était à la mesure de ce que s'imaginait Olivier. Des milliers de personnes étaient assises dans des gradins tout autours. Au centre, en cercle, un canapé rouge où s'étaient installé deux vieils hommes barbus.

Dimitri - On va s'installer avec les deux anciens au milieu là...
Olivier - Quoi ?? Devant tout le monde ! Tu vas pas bien ! Tout le monde va nous voir...
Dimitri - Le conseil a pas été réuni pour des prunes Olivier, c'est pour "toi" qu'ils sont tous là. Aller ramène ta fraise par là et assieds toi.


Ils s'assirent aux côtés des deux hommes qui, au passage saluèrent Dimitri d'une révérence et regardèrent en détail Olivier. la "salle" se remplie de plus en plus. Quelques minutes après, les grandes portes se fermèrent et l'un des deux hommes barbus se leva et pris la parole.

L'homme barbu - Mes amis, nous voilà réuni pour la deuxième fois depuis un an, chose qui ne s'était pas produit depuis des millénaires. Mais j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer, nous avons enfin retrouvé un des notre. Keiji est de retour, grâce à la patience et à l'intelligence de notre bien aimé Shiro. Une slave de cris de joie explosa dans la salle mais on fit signe de revenir au calme. Bien, je vois que comme moi, vous êtes tous impatient de connaître le visage de notre ami Keiji. Et bien le voici, il se tiens tout juste à côté de moi... Lève-toi, lève-toi voyons, pour que tout le monde puisse mieux te voir. Olivier s'exécuta et l'on pouvait voir certain dans les gradins se lever pour mieux l'apercevoir. Bien maintenant laisse-moi te raconter un peu notre histoire car je vois dans tes yeux que tu te sens un peu perdu et que Shiro n'a peut être pas pris le temps de tout expliquer en détail...


Partie 3 : L'histoire d'une vie

Midi tapante, les gaïens vaquaient à leurs occupations quotidiennes du fait de la chaleur insoutenable qu'il faisait en ce mois de Janvier. Certains étaient torses nus et s'éventaient avec leur ailes. D'autres ayant un peu plus d'expériences invoquaient des courants d'air glacés ou bien une petite pluie rafraîchissante, mais cessèrent au bout d'un moment, épuisant rapidement leur énergie et leur pouvoir. Le peu d'ombre que l'on trouvait dans la ville disparaissait car tout le monde en cherchait et certains étaient près à se battre pour obtenir une place à l'abri du soleil. Malgré cela, chacun essayait d'aider l'autre car les habitants de Gaïa n'était en aucun cas égoïste et partageaient volonté le peu qu'il avait. Un jour, alors que le temps s'était soudain assombris et la température avait chuté lourdement, le Conseil avait demandé une réunion d'urgence de tous les gaïens. Tous le monde était troublé par cette décision pour le moins surprenante car le Conseil se réunissait que rarement tous les dix ans et là, quatre ans ne s'étaient pas encore passés. Tous le monde, donc, s'en alla vers l'immense bâtiment en forme de champignon, situé au centre de la ville. Lorsque tous furent assis, un vieil homme se leva d'un canapé rouge au centre et pris la parole.


L'homme - L'heure est grave mes enfants ! Notre cité est en danger. Nous ne pouvons l'éviter. Une armée inconnue s'approche des portes de la villes à vive allure et apporte avec elle froid et terreur. N'avez vous pas remarquer une baisse des températures ? Les effets qu'ils produisent touche déjà l'enceinte même de la ville. Mais si nous nous organisons dès maintenant, nous avons une chance de repousser l'assaillant hors de la cité. D'après des espions, cette armée viendrait du Sud et rechercherait à conquérir de nouvelles terres. Nous ne devons pas nous laisser faire peuple de Gaïa. Les Dieux nous ont donné nos pouvoirs afin de nous aider à survivre dans ce monde. Montrons leur que nous savons nous en servire... Il n'eut même pas le temps de finir ça phrase que certain s'étaient déjà envolés, montrant leur enthousiasme, d'autres firent exploser des boules de feu pour montrer qu'il avait la puissance nécessaire.

Deux jours après cette réunion, l'armée envahissante était en vu à l'horizon. Les soldats gaïen se tenaient près sur les remparts de la cité, arc à la main. Le peuple de Gaïa excellait au tir à l'arc et tous savait manier à la perfection cet instrument. D'autres hommes, au sol, avaient barricadé les deux portes de la ville, de chaque côté de celle-ci. Les membres du Conseil s'étaient réuni de leur côté afin de préparer l'invocation d'un immense bouclier d'énergie qui protégerait la ville contre toutes attaques. L'armée elle continuait d'avancer vers la cité gaïenne. Les jeunes gaïens avaient été emmenés dans des sous-terrains afin de les protéger. On avait proposé à certaines familles de fuir avec leurs enfants. Les gaïen en âge de combattre, que se fut hommes ou femmes, avaient été enrôlés pour protéger leur cité. L'affrontement était maintenant inévitable. L'armée se trouvait plus qu'à quelques kilomètres des fortifications. Chacun fixait l'armée maintenant. Il ne pouvait plus reculer. Les dés étaient jetés. Une voix se fit entendre, l'ordre de tiré avait été donné, sans réfléchir, les archers tirèrent vers l'armée ennemie. Première salve, toutes les flèches avaient atteint leur but. Puis l'ordre de la deuxième slave avait été donné. Toutes les flèches avaient atteint leur but elles aussi. L'armée assaillante ne s'arrêta pas pour autant et continuait son avancée. Une troisième et une quatrième salve de flèches avaient été ordonnées. Mais les archers ne servirent bientôt plus à rien. Des boules de feux s'envolèrent de partout, des hommes s'envolèrent eux aussi et commençaient à attaquer les archers avec des sorts de toutes sortes. Certains explosaient, d'autres projeté plus loin. Des échelles s'étaient érigées sur les remparts de la cité et des soldats commencèrent à y monter. On se rendit vite compte que le bouclier érigé autour de la ville ne pourrait servir à rien car ces hommes utilisait le feu alors que le peuple gaïen était spécialisé dans le pouvoir de l'eau. Ce à quoi ils ne s'attendaient pas était que l'on aperçu une autre armée de l'autre côté, à l'autre porte de la cité. Dès lors, on ordonna des renforts des deux côtés afin d'équilibrer les forces. Une porte céda, l'ennemi entra en trombe dans la cité. Le combat au corps à corps était maintenant inévitable pour le peuple gaïen. Mais très vite, cela se transforma en vrai champs de bataille, une vraie démonstration de pouvoirs et d'énergie se déployait dans la cité. Le feu contre l'eau. D'un côté de gigantesque vague s'abattait contre l'ennemi tandis que de l'autre côté, des boules de feu volaient sur les habitations et l'on voyait même des gaïen tombé dans les airs, les ailes complètement brûler. Les meilleurs combattant des deux côtés abattaient plus d'un ennemis à la fois. Les gaïens évitaient beaucoup de coup simplement en leva la main ce qui exaspérait l'ennemi qui essaya de trouva d'autre moyen d'attaquer. Le soleil rouge se coucha au loin et les victimes ne cessaient d'augmenter. Ils résistaient tant bien que mal aux agressions et finirent par avoir le dessus. Dans les deux camps, le bilan des morts avait été extrêmement lourd mais le peuple gaïen avait tout de même réussi à mettre en fuite l'ennemi qui n'en mena pas large. Il ne restait qu'une centaine de gaïens dans la cité dont les membres du Conseil qui avaient vaillamment combattu eux aussi. Après avoir fait le bilan complet de cette guerre, les membres du Conseil prirent une décision qui cèlera à jamais le sort de Gaïa. Enterrer la cité à des milles sous la terre afin de protéger la ville et ses habitants. Ils décidèrent aussi de faire naître des êtres sans pouvoirs et de les laisser vivre à la surface de cette terre. Ils les appelèrent Humains. Le peuple gaïen s'étant enfouie se consacra alors à son développement et surtout, au développement de leurs pouvoirs qu'ils étendirent sur les quatre éléments : l'eau, le feu, la terre et l'air. Mais peut d'entre eux réussirent à maîtriser les quatre à la fois.

Alors qu'ils surveillaient les Humains, le plus inatendu se produisit. Un homme avait réussi à maîtriser les quatre éléments.




[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Jeu 12 Avr - 17:28

CHAPITRE IV

.¤.


Partie 1-A : Retour

Les gaïens sortirent tous joyeux après cette nouvelle, seul restaient Dimitri, Olivier et les deux vieils hommes barbus. L'histoire de Gaïa avait beaucoup passionnée Olivier, mais celui-ci n'osait pas dire un seul, se sentant gêné.


L'homme barbu - Je m'étonne que vous soyez aussi enthousiaste mon cher Keiji. Nous avions tous peur que vous refusiez de revenir parmi nous.
Olivier - Disons qu'une certaine personne ici présente a su trouver les moyens..., dit-il en regardant Dimitri au coin de l'oeil.
L'homme barbu - Lorsque votre ami vous aura libéré de cette ancienne magie qui a celé vos pouvoirs, vous pourrez ratraper le retard que vous avez accumulé lors de votre absence. Nous vous laissez entre de bonnes mains je pense.
Dimitri - Je pense qu'il sera en sécurité avec moi... Nous devons vous laisser maintenant. Les deux hommes saluèrent Dimitri et Olivier et sortirent à leur tour.

Lorsqu'ils furent dehors, Olivier demanda à Dimitri s'il pouvait le prendre une nouvelle fois dans ses bras pour les ramener. Celui-ci ne refusa pas, trouvant lui aussi un certain réconfort à prendre son petit ami dans ses bras. Il déploya ses ailes et s'envola vers la passerelle sur laquelle ils étaient auparavant.


Balafre - Maître, ils sont là et vous attendent comme vous leur avez demandé...
Dimitri - Oui je sais, ça fait même dix minutes qu'ils sont déjà arrivés. Va les prévenir que j'arrive alors. Et pas de mauvaises surprises surtout. De toute façon je le sentirais si vous avez encore préparé une bêtise. J'vous connais trop vous cinq. Aller, file ! Il regarda l'aigle s'envoler vers le bâtiment en face. Ils sont intenables ceux là. Toujours près à me faire des vacheries. Heureusement que j'arrive encore à rester leur maître. Tu vois, même si le peuple gaïen possède de nombreux pouvoirs, il n'en reste pas moins que pour dompter ces animaux, pas même la magie ne le pourra. La force de l'esprit seul est nécessaire. Tu verras quand j'aurais libéré tes pouvoirs, comme il sera difficile de les contrôler et de se faire respecter. Nous en sommes rédui au même niveau que dans le monde des Humains. N'ayant pas de pouvoirs, comment ont-ils fait pour les apprivoiser ? Et bien par leur volonté, en leur ordonnant de leur obéir et ça marche. La magie n'agit pas sur eux, car étant eux mêmes soumis à la magie, ils possèdent, comme nous, certains pouvoirs qui leur confèrent une résistance à nos tentative d'apprivoisement par le pouvoir. Mais dans l'ensemble, ils se laissent prendre d'eux-même, trouvant un certain arrangement à être à nos côtés.

Olivier - Il existe combien d'espèce d'animaux dans votre monde que l'on peut apprivoiser et qui possède des pouvoirs ?
Dimitri - Oh ! Et bien plus d'une centaine si je me souviens bien. Maintenant, sache qu'il ne faut jamais choisir un animal au hasard. Chacun à sa propre faculté, son propre caractère. Regarde par exemple Balafre, je l'ai choisi car, non seulement il possède des ailes qui lui permettent d'être le roi du ciel, mais aussi car il possède une vue plus perçante que tous les autres ce qui amplifie mon pouvoir de vision et j'arrive à me projeter dans le futur. Bien sûr pas très loin, de l'ordre de quelques heures, mais il n'est jamais bon de voir trop loin dans le futur...
Olivier - Cool... Et eu... tu ne voudrais pas me dire ce qu'il va se passer prochainement... Pour moi...
Dimitri - Et bien pourquoi pas !
Dimitri s'arrêta puis ferma les yeux. Il mit ses mains de chaque côté de ses yeux puis écarta les doigts. Il ouvrit d'un coup ses yeux et Olivier remarqua qu'ils avaient changé d'apparence, ils étaient entièrement blancs. Il resta ainsi durant deux minutes puis referma ses yeux. Lorsque qu'il regarda Olivier, il devint rouge et un sourire au coin de ses lèvres s'esquissaient légèrement. Hum ! Et bien gardons la surprise...
Olivier - Quoi ? Qu'est ce qui se passera alors ? Aller, dis le moi !
Dimitri fit un regard que seul eux deux pouvaient comprendre. Olivier regarda le sol et commençait à rougir.

Ils arrivèrent enfin dans la salle ronde par où ils étaient arrivés. Là attendaient cinq animaux, alignés, ne bougeant pas d'un poil et fixant leur maître. Vu comme cela, il était presque certain qu'ils étaient trop innocent pour l'être. Olivier se prépara à l'imprévu mais rien ne se produisait.



Partie 1-B : Retour

Dimitri - Vous êtes trop sage vous cinq... C'est rare surtout quand on sait que vous avez rien préparé comme bêtise ! Vous vous mettez à obéir maintenant... On aura tout vu... Ahahaha ! Bon, Olivier je te présente quand même. Alors, tu connais déjà Balafre, l'aigle; voici Litch, le chat. Litch était de la même taille qu'un chat normal à la seule différence que son pelage était d'une toute autre couleur. Il avait des reflets rouges tout en ayant une couleur approchant du bleue marine. Ses yeux étaient jaunes, entouré de marques noires allant jusqu'aux oreilles. Il avait un mélange de lynx et de tigre. Là tu as Dacombe..., dit-il en montrant la louve. Elle était gris bleuté et Dimitri s'en approcha et la caressa. Elle le lui rendit en fermant les yeux et mis ses oreilles en arrière pour accepter la caresse. On sentait une complicité entre les deux êtres, qui rendit presque Olivier, jaloux.

Dacombe - Bonjours Keiji, heureuse de vous rencontrez enfin. Il s'approcha d'elle et la caressa. Son pelage était aussi doux que de la soie.
Olivier - Enchanter moi aussi Dacombe.
Dimitri - Alors, là, c'est Jarenk, une panthère que j''ai trouvé en train d'errer dans les montagnes. Fait gaf', il n'est pas très sociable des fois.

Jarenk - Quoi ? Moi ! Pas sociable...Mais je suis très sociable voyons. Seulement, faut pas me chercher. Bon petit homme, content de te connaître.La panthère fit mine à Olivier qu'il pouvait le caresser, mais il n'osait pas venir. Dimitri le rassura et qu'il ne fallait pas refuser une telle opportunité venant de lui. Il s'avança et la panthère se laissa faire.
Dimitri - Bien et pour finir, je te présente Kiki. Autant te dire que c'est mon plus fidèle ami. Il n'en a pas l'air comme ça; mais il possède d'énorme pouvoir... Il te les montrera en temps voulu, crois-moi. L'oiseau voletait dans tous les sens et vint se poser sur l'épaule de Dimitri.
Balafre - Hey ! Vire de là nimbus ! C'est ma place ici...

L'aigle s'envola et fonça sur Kiki. L'oiseau s'envola, mais Dimitri fut plus rapide que tous. Il leva le bras et l'aigle s'arrêta net, figé par le pouvoir de son maître. Et lorsque Dimitri bougea le bras, l'aigle fit le même mouvement. Dès lors, il s'amusa pendant quelques secondes avec l'aigle et lui fit comprendre que son attitude n'était pas permise. Ensuite, il libéra Balafre. qui se posa à côté de Jarenk.

Dimitri - On se calme tous les deux ! J'ai deux épaules donc de la place pour vous deux. Bon maintenant que vous avez été présenté, vous pouvez retourner à vos occupations auxquelles je vous ai assigné. Aller, oust ! Les cinq animaux disparurent chacun dans un nuage de fumée de couleur différente.Voilà ce que j'essaie depuis des siècles d'apprivoiser. Pas facile tous les jours, mais dans l'ensemble, ça peut aller.

Lorsque Olivier se tourna vers son petit ami, il fut surpris de revoir l'adolescent qui connaissait, enfin qu'il avait cru connaître depuis toujours. Celui-ci lui fit signe de le suivre. Il l'emmena derrière la porte juste à côté de celle qui menait vers la cité Gaïa. Il s'agissait de la chambre de Dimitri. Celle-ci était d'un ton plutôt chaud, dû aux couleurs orange et rouge qui dominaient dans la pièce. Le lit était immense et de forme circulaire, lui aussi. Une fenêtre menait sur la cité de Gaïa. Le sol était recouvert d'une moquette orange, jaune. Les rideaux étaient assorti au lit, c'est-à-dire rouge. Il y avait peu de meuble. Dans un coin, une armoire en bois. Il le prie par là main et l'emmena sur le lit.

Dimitri - Ne dis plus rien et laisse toi faire...

Les deux adolescents étaient de nouveau enfin seul. La nuit allait être longue mais rien ne pouvais les déranger. Leur corps se cherchaient tandis que leur âme vogua vers le paradis.


[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Ven 13 Avr - 10:08

Partie 2 : Qui est-il ?

Le jour venait de se lever et des rayons de lumières entrèrent par la fenêtre pour illuminer la chambre rouge. Les deux adolescents se réveillèrent doucement. La porte s'ouvrit et une femme entra. Elle stoppa d'un coup et son visage se rougit d'un coup. Elle fit volte face et s'empressa de sortir de la chambre, ferma la porte tout doucement pour ne pas déranger le couple qui dormait encore. Cette femme était vêtue d'une grande robe blanche serrée qui mettait en valeur ses attributs. Ses formes étaient si parfaites que l'on aurait cru regarder un tableau d'un très grand peintre. Son visage était fin et sa peau si douce. Ses yeux paraissaient si pur que l'on aurait pu croire qu'à eux seuls suffisait pour adoucir la plus brutale des créatures vivantes. Ses cheveux lui descendant jusqu'au bas des reins et étaient de couleur rouge et ils ondulaient à la même allure que ça démarche. Elle était aussi grande que Dimitri lorsqu'il prenait l'apparence de Shino.

La porte de la chambre s'ouvrit et Dimitri en sorta.


Dimitri - Et bien Iliane... Tu pourrais frapper quand tu rentres...
Iliane - Excuses moi Shino, je ne savais pas que tu n'étais pas seul... Et qui plus est, avec lui...
Dimitri - Oui et bien garde ta langue, je ne tiens pas à ce que les autres sache ça, surtout avec lui !
Iliane - De quoi à tu peur ? Tu ne vas pas me dire que Shino, le plus puissant du peuple de Gaïa aurait peur...
Dimitri - C'est bon ! N'étale pas le sujet. Pourquoi es-tu ici ? Ne devrais-tu pas t'occuper d'une classe de Terminale ?
Iliane - Je voulais te prévenir qu'il avait encore agit. Mais le problème est tout autre... On ne sait comment, mais il sait pour ton "copain" maintenant. Après avoir tué un autre Humain, il l'a appris par on ne sait quel moyen que Keiji et Olivier ne faisait qu'un. Il le cherche partout et sait à présent qu'il est ici.
Dimitri - Merd' ! Manquait plus que ça ! Je croyais avoir tout prévu pour qu'il ne s'en aperçoive pas...J'ai appliqué sur Olivier un bouclier protecteur dont je suis le seul à connaître la composition... un assemblage des quatre éléments si tu veux tout savoir... J'ai volontairement brouillé les pistes qui menaient vers Olivier...
Iliane - Peut importe, je ne doute pas que tu aies tout déployé pour protéger ce jeune garçon. Quelqu'un l'a prévenu, un gaïen, ça ne peut être que ça ! Les anciens ont envoyé en secret des gardes pour espionner quelques-uns qu'ils soupçonnaient. Il faut te dépêcher de libérer les pouvoir de Keiji. On ne peut plus attendre maint....
Olivier - Bonjours ! Qui est-ce Dimitri ? Je crois que nous n'avons pas été présenté... Je suis Olivier. Et vous ?
Dimitri - Olivier, je te présente Iliane, ma soeur. Iliane, voici Oliv...Keiji.
Olivier tendit la main pour saluer la jeune femme et celle-ci en fit de même.
Dimitri - Bien je vais mettre Jarenk sur le coup alors. Il entendit alors la voix de Dimitri s'élever dans les airs, mais ses lèvres ne bougeaient pas. Jarenk apparu dans un nuage de fumée vertes foncé, juste à côté de Iliane.
Jarenk - Oui maître, vous m'avez appelé ?
Iliane - Nous avons besoin de toi Jarenk. File vite dans la cité pour aider les gardes à surveiller certains supsects...
Jarenk - Maître ? dit-il en regardant son maître avec des yeux interrogateur.
Dimitri - Vas-y. Je te fais confiance sur ce coup-là. Il disparu dans le même nuage de fumée que tout à l'heure. Quant à toi Iliane, je te conseille d'éviter de donner des ordres à mes animaux ! Tu as les tiens, tu te les gardes. Ne touche pas à ceux des autres ou sinon tu le regretteras. Elle disparu dans un claquement et une voix se fit entendre dans la pièce : " n'oublie pas Shino, nous n'avons plus beaucoup de temps... ". Celui-ci repris sa forme normale, c'est-à-dire celle du jeune et beau gaïen, Shino.
Dimitri - Bien ! A nous deux Olivier. Je vais t'expliquer la situation telle qu'elle est, là, maintenant. Si tu te souviens de l'histoire de Gaïa raconté par l'ancien, ça ne devrait pas poser trop de problèmes pour comprendre ce qui va suivre. Alors, après la bataille, sanglante, fût-elle, l'armée ennemie, du moins ce qu'il en restait, est repartis d'où elle venait et Gaïa a retenté de se reconstruire sous la terre, chose peu aisée, car nos connaissances dans l'élément de la Terre étaient très peu développées, c'est pour cela que nous nous sommes consacrés à l'acquisition de cette connaissance, ce qui nous a permis après ça d'améliorer la vie dans la cité. Puis le monde des Humains est apparu alors que nous contrôlions aussi l'élément du vent. Si tu te souviens bien, l'ancien à dit que par la suite, un homme, un gaïen avait enfin réussi à maîtriser les quatre éléments, ce qui n'était pas répandu et accessible pour tout le monde, car de surcroit, le quatrième élément appartenait au peuple qui nous avait attaqué ce qui nous dérangea beaucoup. La cité de Gaïa s'est alors retrouvé avec des pratiquants de la magie du vent, d'autre du feu, d'autre de la terre et certains sont restés à la pratique de la magie de l'eau, magie logique à Gaïa. Certains ont essayé, mais ils ont eu des problèmes, sauf un. L'être vivant qui contrôle les quatre éléments devient extrêmement puissant. On pourrait parler même de Dieu, car ces quatre éléments constitue la vie, si jamais l'un venait à manquer, un déséquilibre apparaîtrait alors dans l'ordre du monde et se serait le Chaos. Ceux qui avaient essayé se sont dit cela : " si les quatre éléments sont séparés ou si l'un vient à manquer, alors c'est le désordre total, pourquoi ne pas essayer de les regrouper dans une seule personne et cette personne deviendrait parfaite, car les quatre élément y seraient maîtrisés". On s'est rendu que certains arrivé plus que d'autre et ça n'a pas plus à tout le monde, car ils s'estimaient assez puissant pour maîtriser les quatre éléments. Les gaïens ont décidé d'exiler ces personnes, devenant trop dangereuses pour la cité et son bien être.... Qui est cet homme qui a réussi à maîtriser les quatre éléments, pensa Olivier... C'est moi qui ai réussi à maîtriser les quatre éléments, répondit Dimitri, ayant lu dans les pensées de son petit ami.
Olivier - Nan ?? Trop bien ! Top délire le truc, je suis amoureux du plus puissant des gaïens. Tu vas me faire avoir une crise cardiaque à m'avouer plein de choses pareil.
Dimitri - Hé hé ! Bon maintenant, venons-en au vif su sujet...
Olivier - Ah ! Parce que là on y était pas encore ?
Dimitri - Euh... non
, avoua-t-il Bon je reprends alors. Donc ces exilés sont partis se réfugier à la surface de la terre et ont eux aussi cherché un moyen de maîtriser ces quatre éléments. Nous avions envoyé quelques éclaireurs pour voir où ils en étaient et nous nous sommes aperçu qu'ils prévoyaient de tuer tous ceux qui essayaient, comme eux, cette maîtrise. La nuit suivant leur exile, de nombreux meurtres ont été perpétrés et mis sur le compte de ces brigands. Malheureusement, ils sont allés plus loin et ont voulu aussi tuer les enfants rescapés de la guerre et ils ont entrepris une recherche et se sont mis à arpenter les villes et à tuer les jeunes enfants cachés du peuple de Gaïa. Dès lors, nous nous sommes empressés nous aussi de vous recherchez pour vous protéger. Et c'est là que tu interviens car tu es le seul que l'on ait pu sauver. Jean fait partie de cette escouade qui tente de te tuer. Tu comprends maintenant pourquoi je ne pouvais pas le voir en peinture dès le début de l'année scolaire, je savais qu'il n'avait pas quelque chose de normale en lui. Et mes pensées ne m'ont pas trompé ! Tous les meurtres qui ont eu lieu sur des jeunes adolescents, c'est lui ! Lorsque tu m'as prévenu qu'un jeune avait été tué, avec sa PSP dans les mains, j'ai tout de suite comprie qu'il fallait agir vite et te mettre dans le bain au plus vite, Olivier.

Olivier - Woaaow ! B'un ça alors...
Dimitri - Viens on va prendre l'air un peu.


Partie 3 : Keiji

Dimitri décida de faire visiter la cité à Olivier. C'était presque là même chose que dans le monde des Humains. Il y trouva des restaurants, des pubs, des magasins de toutes sortes, et même des boites de nuit et des maisons closes. La ville était divisée en quartier ce qui permettait une facilité de repérage. Les rues étaient larges et droites, aucune courbes, ce qui paraît surprenant quand on sait que cette ville voue un culte à la forme circulaire. Il était treize heures et les deux amoureux commencèrent à avoir faim. Ils s'arrêtèrent dans un restaurant où le directeur fût plus que gentil avec eux, bien évidemment, par la présence de Dimitri. Il comprenait maintenant pourquoi les gens le considéraient ainsi et faisaient même des révérences et courbaient l'échine à son passage. La nourriture était tout ce qui y avait de normal et Olivier crût un instant que c'était même meilleur et mieux cuisiné.


Dimitri - Bien maintenant, passons aux choses sérieuses Olivier ! alors qu'ils venaient de rentrer. Il va falloir que je libère tes pouvoirs maintenant que tu sais tout. Je t'apprendrai ensuite à les contrôler plus facilement. Tant que je suis là, tu n'as vraiment rien à craindre. Enlève tes vêtements déjà... Quoi ? Tu n'vas pas faire le pudique devant moi tout de même ! Allez ! zou ! Enlève moi ça de suite ou sinon c'est moi qui le fait..., ce qui, en soit, ne lui aurait pas déplu. Bien, tu vas resentir comme des chatouillements un peu partout. Surtout au niveau de la tête et du coeur. Ca va te démanger et malheureusement pour toi, tu n'y pourras rien. Donc reste tranquille, du moins essaie. Ca durera environs dix bonnes minutes. Après ça je t'explique la suite. On va y aller petit à petit sinon, ton corps ne supportera pas une si grande puissance d'un coup. Si tu veux, en quelques mots, c'est comme si j'inculquais à un nouveau né des pouvoirs et que ces pouvoirs, je les développais en lui alors qu'il n'est toujours qu'un jeune bébé...Mais c'est le stade obligatoire pour libérer tes pouvoirs. Tu es prêts ?

Olivier - Il le faut bien de toute façon...
Dimitri - Oui...Ferme les yeux et laisse toi faire.
Olivier - Hé hé, chacun son tour de se laisser faire.


Il ferma les yeux, Dimitri aussi. Le vent se souleva soudainement dans la pièce. Les cheveux de Dimitri se soulevèrent légèrement puis encore plus lorsque le vent se fortifia. Mais les deux jeunes ne bougeaient pas d'un pouce. Ensuite, Dimitri leva les bras et joignit ses mains contre sa poitrine, croisa ses deux index en l'air, l'un avec l'autre. Et dès qu'il ouvrit les yeux, un éclair bleu se forma entre ses doigts et le corps tout entier d'Olivier. Le vent devint de plus en plus fort, la poussière au sol se souleva et forma une sorte de petite barrière qui tournoyait autour des jambes de Dimitri. Les éclairs semblaient vouloir traverser une barrière magique qui apparaissait au contact. Cette barrière signifiait bien que les pouvoir d'Olivier étaient emprisonnés en lui et c'est ce que Dimitri tentait de faire disparaître. Les dix minutes étaient passées et la situation n'avait pas changé. Puis quinze et toujours rien n'avait évolué. Soudain le vent cessa d'un coup et les éclairs disparurent.

Dimitri - Et bien ! T'es parents n'y sont pas allés de main morte avec ça ! J'ai dû faire plus de choses que prévu, mais au moins, tes pouvoirs t'ont été restitués ! Etape suivante : t'aider à les contrôler. Pour ça tu vas devoir me faire encore plus confiance qu'avant, n'ayant pas le temps de t'apprendre à les utiliser, je vais modifier une certaine zone de ton cerveau afin que tu puisses apprendre cela en deux minutes. T'es toujours ok ?
Olivier - Plus que jamais mon amour. Mon corps d'appartiens, fait en ce que tu veux pour le moment.
Dimitri - D'accord. Approches toi.
Il le va sa main à quelques centimètres du front d'Olivier.

Cette fois, une petite boule de lumière bleue apparue sur la paume de la main de Dimitri. Lorsque qu'elle fût de la même talle qu'une balle de golf, il l'enfonça dans la tête d'Olivier et celui-ci poussa un cri de douleur et s'évanouis en tombas au sol lourdement. Mais la personne qui était tombée par terre ne ressemblait plus à Olivier, mais à un jeune homme blond, de la même taille que Dimitri. Son corps était beaucoup plus musclé. Ses cheveux étaient coupés courts. Il se souleva du sol et des vêtements comme ceux de Dimitri apparurent sur son corps pour cacher sa nudité. Il fût transporté dans la chambre et Dimitri s'allongea à côté de lui pour lui tenir compagnie. Il ferma les yeux et s'endormis aux côtés de l'être qui comptait le plus au monde pour lui.


[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Ven 4 Mai - 19:13

CHAPITRE V

.¤.


Partie 1-A : Une autre ambiance

Olivier se réveilla avec un terrible mal de crâne. Il voyait flou et perdait ses repères lorsqu'il se leva. Il décida de rester coucher, pensant que cela passerait et qu'il s'agissait d'u contre coup de la libération de ses pouvoirs par Dimitri. Il réussit à se rendormir tandis que son compagnon se réveilla à son tour mais, son visage semblait figé et en colère en même temps. Dimitri se leva et pris une douche en attendant qu' Olivier se réveille. Olivier se leva bien tard dans la matinée, son mal de crâne le perturbait de plus en plus et il s'inquiétait de ne pas voir Dimitri à ses côtés, car, en effet celui-ci était partit se promener en attendant son émergence du sommeil qui se faisait attendre. Olivier se dirigea vers le miroir de la pièce ronde, il se découvrit métamorphosé, il n'était plus Olivier, il était Keiji, un être grand, beau, fort et surtout doté de pouvoir. Il avait les cheveux mi-longs de couleur verte, ce qui allait bien avec ses yeux verts, eux aussi. A ce moment, Dimitri entra en trombe dans la piece :


Dimitri - Olivier, comment te sens-tu ? Je suis revenu dès que je me suis aperçu que tu t'étais réveillé.
Olivier - Ce que je suis beau ! Je viens de me voir dans le miroir. Par contre, j'ai un mal de crâne pas possible, cela m'inquiète beaucoup, tu sais d'où ça vient Dim ??
Dimitri - Ca vient des effets secondaires de la libération de tes pouvoirs. Comme tu n'as pas encore d'animaux bien à toi et bien tu n'as pas encore créé de lien avec eux et c'est ce qu'il te faut faire afin de faire disparaître ton mal de tête et mieux vaut ne pas attendre, car sinon ça risquerait de devenir encore pire. Viens, suis-moi. Va falloir que tu les choisisses. Je t'expliquerai comment créer ce lien avec eux et comment les dompter.
Olivier - Ok, dépêchons-nous alors parce que j'ai vraiment mal à la tête !
Dimitri - Bien déjà, je vais te soulager un peu de ce mal de crâne pour que tu puisses voir où tu marches déjà et pour pas que ça te gêne.
Dimitri entoura la tête de son ami et scanda des paroles qu'il ne comprenait pas du tout. Il sentit son mal de crâne partir peu à peu de sa tête mais, que ses forces l'abandonnaient, elles aussi. Voilà, j'ai dû ré-emprisonner tes pouvoirs, mais rien de bien méchant, juste le temps de faire le voyage. Je doute que tu en aies besoin d'ici là de toute manière je t'aiderai à te déplacer. Allons-y maintenant.

Les deux garçons sortirent de la chambre et se dirigèrent vers une porte face à celle de la chambre. Olivier remarqua que Dimitri s'était muni d'un arc avec trois flèches identiques. L'arc était aussi grand que Olivier lorsqu'il avait l'apparence du jeune garçon de dix-sept ans et avait une forme ronde. Il semblait être fait avec de l'acier et la corde, si tendue soit-elle, en fils de fer rouge. Les flèches quant à elles faisaient la taille du bras de Dimitri. A chaque extrémitée, une pointe sur-taillée et de l'autre bout une plume bleu ciel servant à maintenir dans l'axe la flèche lorsqu'elle sera lancée. La porte s'ouvrit et Olivier découvra un escalier de pierre, tel celui qu'il avait rencontré lorsqu'il avait ouvert la porte qui s'ouvrait sur le monde de Dimitri. Les deux amis pénétrèrent et la porte se referma sur eux. Des lampes s'allumèrent à leur passage. Cela faisait bien une bonne demi-heure qu'ils étaient entrés mais, toujours rien ne s'était passé. Dimitri était resté silencieux depuis le début et ouvrait la marche. Olivier n'osait pas parler, il ne savait pas pourquoi. Plus il avançait et plus il avait l'impression de se rapprocher du centre de la Terre...

Les marches devenaient moins stables et moins récentes. Il fallait maintenant faire attention de ne pas glisser mais, Dimitri n'avait pas ce problème, car ayant toujours ses pouvoirs, pouvait ne pas utiliser les marches et survoler légèrement au-dessus d'elles, ce qui était très pratique dans ces cas-là. Un porte de bois se présenta à eux. Elle était recouverte de mousse et de quelques plantes grimpantes. Sans comprendre comment, Olivier vit un filet de lumière partir du corps de Dimitri et se diriger vers la prote de bois.


Dimitri - Ca fait longtemps que cette porte n'a pas été ouverte. C'est la porte de notre famille et étant donné qu'après moi, il n'y avait plus personne et bien on ne l'a pas utilisé. Toi tu étais déjà dans le monde des Humains...
Olivier - Comment ça ? Je suis de ta famille...
Dimitri - Euh... Wé, tu es mon cousin. Je ne te l'avais pas encore dit ? Ah il me semble que si, cela doit être dû au fait que j'ai emprisonné tes pouvoirs, certaines petites choses ont été emprisonnées elles aussi et donc c'est comme si tu avais quelques trous de mémoire... Rien de grave rassure toi, tu te souviendras de tout, une fois libérés.
Olivier - Ah ! Merci de prévenir que maintenant...
Dimitri - Mieu vaut tard que jamais ! Et puis réfléchi bien, si je te l'avais dit avant d'emprisonner tes pouvoirs, que tu aurais des trous de mémoire, peut être bien que tu aurais oublié cela, ça reviens au même...
Olivier - Wé c'est vrai, tu as raison, excuse-moi !
Dimitri - Ce n'est pas grave Olivier... Bon nous devons attendre quelques minutes, le temps qu'ils acceptent de t'ouvrir le passage...
Olivier - Qui "ils" ?
Dimitri - Cette porte renferment les esprits de notre famille, du moins quelques-uns qui ont accepté de garder ce passage et d'empêcher quiconque d'y entrer, qui n'appartiendrait pas à notre famille. Disons qu'ils étudient la demande urgente que je leur ai envoyé. J'ai demandé que le temps nous courait après et que tu étais enfin revenu. Ils te connaissent, même s'ils ne t'ont jamais rencontré mais, comme cela fait très longtemps que l'on ne les a pas sollicités et bien il faut leur laisser le temps.
Olivier - Oh ! Et ils sont combien au juste, pour prendre au tant de temps ?
Dimitri - Et bien si je me souviens bien, une centaine, répartis en cinq générations...
Olivier - Ils ne se foulent pas en tout cas...


Dimitri esquissa un sourire et se retourna face à la porte de bois. Des feuilles s'étaient mises à bouger et Dimitri ne semblait pas préoccupé par cela. Puis, un filet de lumière commença à se former à la surface d'une feuille et se dirigea vers Olivier. Celui ne sachant que faire regarda Dimitri d'un air paniqué. Il lui dit alors de se laisser faire et que ça n'allait pas lui faire de "mal". La lumière se rapprochait de plus en plus de la poitrine du jeune homme, tel un serpent. Elle arrive enfin à sa hauteur et heurta le corps vivant. Dans la seconde qui suivis, il sentis en lui des picotements qui finirent pas apparaître dans les moindres recoins de son organisme. Une voix s'éleva dans sa tête...

La Voix - Bonjours Keiji. Je suis Shonjô, l'arrière-arrière-arrière grand-père de Shino. Les membres de la famille se sont consultés à la demande de ton cousin afin que nous te laissions passer dans le domaine d'Eden de notre famille. Nous acceptons avec un énorme plaisir, heureux que vous soyez enfin revenu parmi les vôtres. Nous savions que vous viendriez un jour nous faire cette demande. Le seul problème est que nous n'avons pas trouvé en vous aucune forme de pouvoirs. Pouvez-vous nous expliquez pourquoi ? Car si vous n'avez, en réalité aucun pouvoir. Nous ne pouvons accepter votre requête. Vous comprendre, je pense qu'il est trop dangereux de confier des animaux mystiques à un simple "Être Humain"...

Olivier ne sachant comment répondre tenta de penser sa réponse.

Olivier - Bonjours. Et bien en fait, mon cousin à emprisonner mes pouvoirs, car j'avais un horrible mal de tête et il m'a expliqué qu'il s'agissait du fait que je n'avais pas encore créé de lien avec des animaux. Il a donc emprionné mes pouvoirs pour me permettre de faire le trajet, sans trop être géné.
La Voix - Je comprends... Votre cousin à bien fait. Nous allons donc vous permettre de passer en Eden. Une dernière chose Keiji, réfléchi bien à ce que je vais te dire : " La magie n'est qu'objet et le coeur n'est que voile. Dans ce cas tire profit de ce qu'il te reste de mieux et tes choix seront guidés sur le chemin de la vérité. "

Soudain la voix se tut et le filet de lumière disparue. Les feuilles de la porte tombèrent sur le sol libérant la porte. Une lumière bleue dessina les contours de la porte et lorsque celle-ci arriva à l'autre bout, elle s'ouvrit, laissant voir une immensité dont on avait peine à croire. Des fleurs s'étendaient sur l'herbe fraiche, des papillons voletaient de fleurs en fleurs joyeusement et des arbres de diverses espèces apportaient à ce "nouveau monde" une beauté sans pareil.


Partie 1-B : Une autre ambiance

Olivier restait stupéfait par ce lieu qui semblait tout droit sorti d'un rêve. L'on entendait des chants d'oiseaux, le bruissement des cimes des arbres au gré du vent, l'herbe semblait presque fait pour que l'on s'y allonge. Rien ne troublait ce paisible endroit. Olivier avait l'envie d'y rester pour toujours mais, revint rapidement à ses esprits en entendant la voix de Dimitri lui demander de le suivre, car le temps n'avait pas changé. Ils marchèrent, dès lors tout droit pour se diriger vers la forêt. Plus il approchait et plus il lui semblait que les arbres grandissaient beaucoup trop pour avoir une taille "normal". En effet, une fois arrivé ai pied d'un entre eux, il crût se retrouver devant une vraie tour qui avait l'apparence d'un arbre.


Dimitri - Bien, je vais libérer tes pouvoirs avant que l'on entre là dedans. Cette forêt c'est une pas une simple forêt avec des arbres, comme on peut le voir dans le monde des Humains. Il s'agit là de l'habitat d'un des peuples les plus vieux de la Terre : Les Sylvanii. C'est un peuple en quelque sorte assez proche de la nature, comme tu peux le voir, justement, ils ne sont pas faciles à voir, car ils apparaissent sous forme de coup de vent, de formation de feuille et de branches... Généralement, ce sont des femmes, très sympathiques soient-elles. Nous allons traverser leur domaine mais, si tu ne touches à aucun de leurs arbres, il ne t'arrivera rien.

Olivier s'approcha d'un arbre et le pris dans ses bras :

Olivier - Copaiiiiin...

Tous les deux s'esclaffèrent de rire, rire qui ne dira pas longtemps malheureusement lorsque Dimitri dû annoncer qu'il devait se dépêcher de le libérer pour la seconde fois.

Dimitri - Bon tu sais ce qu'il faut faire ... Par contre, tu n'as pas à t'inquiéter, tu ne t'évanouiras pas cette fois-ci, car la magie qui bloque tes pouvoirs n'est pas très forte et n'aurait aucun effet sur toi.
Olivier - Ok, je te fais toujours confiance ! Au fait, euh un de tes ancêtres, avant d'ouvrir la porte m'a dit quelque chose mais, je n'ai rien compris. " La magie n'est qu'objet et le coeur n'est que voile. Dans ce cas tire profit de ce qu'il te reste de mieux et tes choix seront guidés sur le chemin de la vérité " . Tu sais ce que ça signifie ?
Dimitri - Et bien j'ai mon idée mais, seul toi doit trouver. Je suis désolé mais, tu dois deviner par toi-même Olivier.
Olivier - Ok, je vais y réfléchir.


Olivier se plaça devant Dimitri qui leva sa main face à la tête de son ami. Cette fois-ci fût différent, car une sorte d'onde émana du corps d'Olivier et se propagea autour de lui telle l'onde sur l'eau lorsque qu'on y lance une pierre. Elle semblait déformer le paysage par son passage et s'évanouit un peu plus loin. Le sol trembla légèrement ce qui déstabilisa Olivier.

Olivier - Woaaw ! C'était quoi c'truc ? Qu'est ce qu'il s'est passé ?
Dimitri - Tu me caches des choses toi maintenant ? Tu as carrément doublé tes pouvoirs pendant que je les avais emprisonnés ! Tu es bien de ma famille toi. Bon, allons-y, ton mal de tête ne va pas tarder à se manifester, surtout que tu as plus de pouvoirs alors ça ne va pas arranger les choses.
Olivier - T'inquiètes pas, j'ai déjà mal... Mai j'ai trouvé un moyen de pas trop avoir mal en fait, j'essaie de penser à autres choses. Cela a l'air de fonctionner en tout cas !


Les deux jeunes hommes entrèrent dans la forêt tels deux aventuriers. Parfois, ils entendaient comme des sortes de murmures entre les feuilles, comme si les arbres communiquaient entre eux, ou bien était-ce les Sylvanii. Quoi qui l'en soit, Olivier n'aimait pas cette ambiance et se serra un peu plus contre le corps de Dimitri pour se sentir protégé. Une heure plus tard, ils arrivèrent enfin de l'autre côté de la forêt et le spéctacle fût de mise. Olivier en était ébahi. Une centaine d'animaux plus différents les uns que les autres se trouvaient là, allongé faisant la sieste ou bien jouant. De toutes formes, de toutes races et de toutes espèces, de toutes couleurs, chacun semblait en harmonie avec l'autre, alors que dans la logique des choses, certaines espèces devraient se retrouver dominées par d'autres. Néanmoins, Olivier se rappella de ce que lui avait dit l'arrière-arrière-arrière grand-père de Dimitri, avec son énigme. Pour lui, il savait que cela avait un rapport avec ce qui l'attendait, avec son choix qu'il devait faire pour dompter les trois animaux mais, il n'avait pas encore trouvé.

Dimitri - Et bien nous y voilà Olivier ! Eden. Le Jardin Animalier de notre famille. Ici se regroupent les animaux pour lesquels nous pouvons exercer une certaine autorité lorsque nous sommes en âge de le faire. Chaque animaux possède un caractère différent, un pouvoir spécial propre à son espèce. Et bien sûr une sorte de pouvoir spécial avec son maître. Un lien que seul son futur maître réussira à trouver en lui. Et pour cela, il doit bien s'appliquer à choisir les animaux avec lesquels il sera lié, car si jamais il se trompe, il lui sera difficile de le contrôler. Il se doit de ne pas agir à la va-vite mais, de réfléchir. Rappelle-moi ce que t'a dit ce vieux Shonjô !
Olivier - Buh ! Comment sais-tu qu'il s'agissait de Shonjô ? Je ne te l'ai même pas dit !
Dimitri - Tu oublies que...
Olivier - ... tu lis dans les pensées...wé...ok... Essaies de prévenir la prochaine fois que tu "lis" dans mes pensées. Bon alors ça donne : " La magie n'est qu'objet et le coeur n'est que...eu...n'est que voile. Dans ce cas tire profit de ce qu'il...qu'il te reste de mieux et tes choix seront guidés sur le chemin de la vérité. "
Dimitri - Et ?
Olivier - Et bien j'ai réussi à trouver à l'instant même,
dit-il avec plaisir.
Dimitri - Alors, ça donne quoi ?



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Ven 11 Mai - 21:20

Olivier - Ca donne qu'il s'agit de réfléchir avec son cerveau et " ce qu'il me reste de mieux ", c'est-à-dire ma raison. Au départ, je me suis dit... La magie, comment pourrait-elle apparaître comme un "objet" ? Ce n'est pas palpable ! Et j'ai donc réfléchi longuement et j'ai trouvé la solution dans la forêt quand j'ai entendu ces murmures. J'ai pensé qu'il s'agissait des Sylvanii qui parlaient entre eux et par quel moyen ? Le vent. Il utilise comme moyen le vent, pour eux c'est un objet, un outil de communication. Ensuite, je me suis lancé sur "le coeur n'est que voile". Là encore pire, un coeur qui est un voile, je n'ai jamais vu ça. J'ai déjà vu l'apparence d'un coeur en cours de science et crois-moi, ce n'est pas un voile. Alors, j'ai pensé autrement. Un voile c'est quoi ? Un bout de tissu qui par exemple sert aux femmes arabes pour se cacher le visage et là j'ai tout de suite compris. Le coeur c'est comme un voile qui cache mais, qui cache quoi ? On dit souvent, "l'amour rend aveugle", ainsi le coeur rend aveugle dans nos décisions et la magie est inutile lorsqu'il s'agit de prendre une décision, elle ne nous sert qu'à nous aider à accomplir et appliquer notre choix. Pourtant, je n'ai pas trop réussi par la suite à trouver ce qu'il restait de mieux. Et c'est toi qui m'a donné la réponse en fait. Lorsque, à l'instant tu m'as expliqué un peu comment devait un maître devait choisir ses animaux. Il doit " réfléchir mais, ne pas agir à la va-vite " et la raison nous donne la possibilité de réfléchir.
Dimitri - Tu m'épates de plus en plus Olivier ! Bravo en tout cas d'avoir trouvé aussi vite l'énigme. Mais je suis persuadé que tes pouvoirs y sont pour quelques choses tout de même. Ils ont une énorme influence sur ton cerveau et tes capacités et donc amplifie tes facultés cérébrales, comme celle de la réflexion... Bon maintenant, tu dois les choisir. Je t'explique comment faire pour bien les choisir, car en plus de cela, je ne t'ai pas tout dit, il n'y aura pas uniquement que trois animaux qui posséderont ce lien que tu vas rechercher mais, plus. Et c'est là que la "raison" fera son travail, ta raison.



Partie 2 : Le lien sacré

Les deux jeunes hommes se rapprochèrent des animaux lentement et Olivier sentait de plus en plus une force émanant de ces animaux. Une force plus ou moins forte selon l'espèce mais identique. Il avait l'impression qu'ils l'attiraient vers lui comme un piège, lorsqu'un des loups qui s'était allongé, releva la tête et regarda Olivier dans les yeux. Il se releva gracieusement et le fixait toujours. Il tenta de s'approcher mais, Dimitri leva un bras et l'animal s'arrêta d'un coup et mis les oreilles en arrières en signe de méfiance. Puis il recula, tête basse et la queue entre les pattes.


Dimitri - Fait attention pour le moment, si tu t'approches trop d'eux, c'est eux qui te contrôleront, car ils ne souhaitent qu'une chose, c'est de s'en aller d'ici, même si les lieux sont très propices, ils se sentent emprisonnés. Donc, reste à très bonne distance d'eux. Il m'a reconnu et étant le descendant légitime et surtout le dernier et le plus puissant, même si je n'ai pas créé de lien avec eux, ils se doivent de se soumettre à mon pouvoir.

Olivier - Ok, compris
Dimitri - Bien, que je t'explique alors. Pour connaître les animaux avec qui tu pourras créer ce lien, tu devras leva ta main droite, les doigts écartés, paume de la main vers eux. Ensuite, il te suffira de prononcer ces mots dans ta tête :
nectere lineas. Et normalement tu verras apparaître des filets de lumière noire émmaner du corps des animaux se dirigeant vers la paume de ta main. Tu seras le seul à pouvoir distinguer ces filets d'énergie. Une fois qu'il auront tous atteint ta main, tu n'aurais qu'à en choisir trois parmi eux, tout simplement avec ton autre main en sélectionnant trois de ces liens. Pour finir, lorsque tu auras fait ton choix, ferme la main droite, c'est ce qui arrêtera le lien avec tous ces animaux, quant à ta main gauche, dirige la vers ton coeur et laisse toi faire.
Olivier - Ok ça n'a pas l'air si compliqué que cela alors ! J'essaie...
Dimitri - Tu n'as pas le droit à une seconde chance, une fois que tu auras fait ton choix, tu ne pourras plus rien y faire. Et n'oublie pas : pense avec ta raison et non avec ton coeur !
Olivier - Me doute bien que je n'ai pas trop le droit à l'erreur. Bon je me lance...


Comme lui avait dit Dimitri, il leva sa main droite en directions du groupe des animaux, en écartant correctement les doigts. Ensuite il regarda fixement ce groupe et pensa à ce qu'il devait se dire. Il se répéta ces deux mots une première fois mais, ne voyant rien, se les redit une nouvelle fois. Quelques secondes plus tard, certains animaux s'assombrissaient et furent entouré par un halo de lumière noire, qui, au-dessus de leur corps formait pour chacun un filet et commença à se raprocher de le main d'Olivier. Celui-ci regarda alors les animaux qui formaient un lien avec lui, il y avait un serpent se faufilant entre les pattes des animaux, deux grenouilles pataugeant dans la marre non loin, un singe qui se balançait sur une branche d'un arbre, un lapin blanc qui sautillait cherchant un endroit où se reposer, un couple d'écureuils qui, eux aussi ne formaient qu'un unique lien et qui couraient un peu partout avec un gland dans les pattes, cinq belettes qui continuaient de se chamaillaient pour un rongeur quelles avaient traqué, il y avait aussi une dizaine de chats se prélassant sous le soleil, quatre chiens de races différents qui jouaient ensemble, le loup que Dimitri n'avait pas eu de mal à repousser qui s'était rallongé au sol et commençait sa toilette, une jument qui broutait paisiblement l'herbe onctueuse, un énorme ours qui se léchait les pattes et qui semblait ne plus vouloir bouger après un copieux repas, deux aigles qui voletaient autour des animaux à la recherche d'une proie et enfin une centaine de papillons qui voletaient en groupe près des fleurs mais, ceux-là ne formaient qu'un seul et unique lien. Le choix s'annonçait difficile pour Olivier, car venait le moment le plus compliqué et le plus crucial, le choix de ses futurs trois animaux.

Son choix commença tout d'abord par l'élimination des animaux chez lesquels il n'arrivait pas à trouver une quelconque utilité, il rechercha en eux une qualité qui serait bien utile et décida d'éliminer les deux grenouilles qui lui semblait ne pas convenir, ainsi que l'énorme ours et la jument qui, pour lui, prenait trop de place, malgré la force que ces deux derniers pouvaient apporter. Le singe, pour sa part, ne semblait pas si dénué d'intelligence et décida de le garder pour un second choix, de même que pour les cinq belettes, car elle semble rapide et peut se déplacer aisément aussi bien sûr terre que dans l'eau et dans les arbres. Les écureuils aussi grimpent bien dans les arbres, selon Olivier et serait très pratique s'il fallait les utiliser pour un quelconque message urgent. Il se décida donc de les garder, eux aussi. Les chats, quant à eux n'eurent pas cette chance car selon lui, ils étaient devenus trop paresseux malgré leur grâce et leur agilité mais, ne pouvait rien lui apporter, sauf des caresses. Il dirigea ensuite son regard vers le groupe des quatre chiens et hésita longuement puis décida de les garder, eux aussi, pensant qu'ils étaient de très bon animaux lorsqu'il s'agit de créer un lien avec un être humain. Il prit tout de suite ce loup, car il correspondait au caractère qu'il avait et le pensait assez impulsif et vif, de plus ses caractéristiques sont assez importantes pour qu'il le choisisse. Ce fut au tour des aigles mais, Olivier se rappela que Dimitri en possédait déjà un et choisi alors de ne pas en prendre un, ayant déjà un loup, comme lui, même si ceux-ci possédaient de bonne qualité qui pouvaient être utiles. Il arrive enfin sur ces papillons et se demande ce qu'ils pouvaient lui apporter. Rien de bien intéressant même en grand nombre d'ailleurs.

Il se retrouve alors avec le choix entre cinq animaux : le singe, le couple d'écureuils, les cinq belettes, les chiens et enfin le loup. Il réfléchit encore plus précisément sur ces cinq races afin d'être sûr qu'il fasse le bon choix. Le couple d'écureuils lui semblait une bonne idée et décida de les garder. Il approcha sa main gauche sur le lien qu'il avait avec ces écureuils et l'écarta de la main droite. Il fit de même pour le loup qu'il jugeait compatible. Le moment était venu de faire un choix pour son dernier animal. Quelques minutes de réflexion et son choix se dirigea sur une belette rouge. Sa main écarte le lien de la belette rouge et du loup. Il referma sa main droite et les liens disparurent. Il rapprocha sa main gauche vers son coeur mais; hésita un peu avant de toucher sa poitrine. Dès lors, une lumière jaune émana du corps de toutes les belettes pour se racrocher à celui de la belette rouge, du côté du loup, celui-ci se releva et salua Olivier. Le couple d'écureuil lâchèrent leur gland et vinrent saluer Olviier à la même hauteur que le loup. La belette rouge se rapprocha, elle aussi et s'inclina, tel un serviteur devant son roi. Les trois liens étaient toujours accrochés à la poitrine d'Olivier et celui-ci regarda son ami Dimitri.


Olivier - Je fais quoi maintenant, je vais pas rester comme ça tout le temps ?
Dimtiri - Non rassure-toi. Ils attendent que tu leur donnes un nom. Le lien que tu as créé avec eux leur as donné la faculté de parler et à libérer leur pouvoirs et ils sont maintenant reliés avec toi mentalement. Mais tu dois leur donner un prénom à chacun afin qu'ils puissent répondre à tes appels.
Olivier - Ok... Alors voyons ! Toi la belette rouge, tu t'appelleras Jaya.

Jaya - Bien maître Olivier
Olivier - ...et toi le loup, je vais t'appeler Cohm...
Cohm - Merci de m'avoir choisi, comme votre maître Dimitri l'a fait avec mon épouse...
Dimitri - Dacombe... ma louve...
Olivier - Ok ! Et pour vous deux les écureuils, se sera Dash et Dark !
Dark - Cool ! Trop bien mon prénom ! L'écureuil se mis sur ces pattes et dansa avec son ami Dash.
Dimitri - Hep, vous deux, ça suffit, on a pas que ça à faire, alors c'est pas une raison pour commencer à faire les zinzins.
Jaya - Ca y est, ça commence avec eux deux ! Et dire qu'on va devoir les supporter toute la vie maintenant... J'ai vraiment pas de chance.
Dimitri - Bon retournons sur Gaïa maintenant, je vais t'expliquer un peu comment contrôler ces rigolos de services. Tu vas voir c'est très simple.

Dimitri tourna les talons, suivi de près par Olivier et ses animaux le suivirent, marchant le plus près de lui. Les deux écureuils semblaient être en réalité de joyeux lurons et Olivier ne pouvait s'empêcher de penser qu'il allait bien vite les aimer, car ils mettraient beaucoup de gaité autour d'eux.

Olivier - Dis-moi Dim', est-ce que je peux les appeler même dans le monde des humains, et se surpris lui-même de la rapidité à laquelle il s'était mis à parler comme un gaïen.
Dimitri - Oui tu pourras les appeler où tu veux et quand tu veux. Une fois que tu les appelles, ils se doivent de venir immédiatement. Bien sûr, si tu les appelles trop souvent et si tu les appelles pour une broutille, ils peuvent refuser d'intervenir et de t'aider. Un maître se doit d'éduquer ces sujets mais, ne doit pas trop leur en demander sous peine de se voir vite abandonner...



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Sam 9 Juin - 11:08

.: Stand by :.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Sam 30 Juin - 21:51

Partie 3 : Presque une habitude

Olivier - Mais où sont-ils lorsque je n'ai pas besoin d'eux ?
Dimitri - Et bien soit il reste près de toi, au cas où tu aurais besoin d'un coup de main inopiné, mais tu ne les voies pas, ils restent invisibles on va dire. Tu ne peux pas non plus les toucher..., ou bien alors ils reviennent en Eden, parmi les leurs, pour se reposer.
Olivier - Les faignants ...
Dimitri - Oui pour ça, je suis entièrement d'accord avec toi. Je trouve qu'ils ne font rien de leur journée. Enfin bon, c'est un autre mode de vie, je ne pense pas être le mieux placé pour en discuter. Bien, nous arrivons. On va pouvoir continuer un peu la visite de Gaïa si tu veux.

Olivier - Non ça va aller pour le moment. Je préfère me familiariser avec mes nouveaux pouvoirs et mes nouveaux amis...
Dimitri - Ce n'est pas une mauvaise idée, mon chéri. Plus vite tu apprendras à te maîtriser, mieux ça vaudras alors. Dans ce cas, je vais libérer t'es pouvoirs quand on sera arrivé dans ma chambre.


Les animaux de Dimitri étaient apparu auprès de leur maître tandis que ceux d'Olivier restait derrière lui, content d'avoir été choisi. Les deux garçons marchaient côte à côte du même pied, en se tenant droit, tels deux soldats dans un défilé. Le chemin semblait avoir été moins long que l'allée, peut être bien parce qu'il connaissait la destination, pensa Olivier. Ils arrivèrent enfin à la porte qui donnait accès à l'escalier qu'ils avaient empreinté à l'allée.

Jarenk - Nous vous laissons ici maintenant maîtres.
Dimitri - Oui oui Jarenk, à plus tard.
Jarenk - Au revoir maître Dimitri, au revoir maître Olivier. Sur ces paroles, chacun des animaux disparus.

La porte s'ouvrit dans un bruit de frottement de pierre et Olivier avait l'impression d'entendre des voix murmurer entre elles. Il regarda tout de même autour de lui, mais ne s'attendait pas à y voir un quelconque groupe de personnes. Néanmoins, Olivier fut surpris parce qu'il lui arriva à l'instant même où il voulu poser le pied sur la première marche de l'escalier. Ce pied semblait bloqué avant même d'avoir touché la pierre humide. Il s'efforça d'appuyer plus fort mais rien, son pied ne semblait pas vouloir se poser sur la marche. Dimitri venait de remarquer la situation et semblait être pris au dépourvu lui aussi, mais se calma et semblait comprendre ce qu'il se passait.

Dimitri - Quand arrêteras-tu de me surprendre Olivier ? Apparament, mon bouclier n'a pas tenu quant au blocage de tes pouvoirs. Est-ce un manque de jugement de ma part ? Je sais pas... hé hé ! Tu tiens vraiment de la famille mon chéri. Même en étant de la ligné de mes cousins tu trouves le moyen d'atteindre le niveau de notre famille. Franchement...
Olivier - Eu b'un écoute, je ne le fais pas vraiment exprès tu sais ! Bon qu'est-ce qui m'arrive au fait ?
Dimitri - Et bien il semblerait que tes pouvoirs aient été plus fort que ce que je pensais et donc mon bouclier a cédé. Pourquoi tu n'arrives pas à poser ton pied sur la marche ? Et bien tout simplement parce que tu utilises déjà tes pouvoirs, en autre, à l'instant celui de voler... Sans le vouloir, du moins inconsciemment, tu as créé un champ de force sous ton corps. Ce champ de force est modulé en fonction du relief du sol où tu te trouves. Maintenant il est évident que tu peux contrôler ce flux d'énergie afin de créer ce champ de force à volonté quand tu le désires et surtout de la taille que tu souhaites. Il te suffit juste de te concentrer sur ce flux d'énergie et de l'envoyer vers t'es pieds. Essaie, tu vas voir, une fois qu'on a compris le truc après, cela en devient une habitude.


Olivier écoutait avec passion son ami et s'exécuta. Il ferma les yeux pour mieux se concentrer et essayer d'envoyer un flux d'énergie, insoupçonné jusque là, vers le bas de son corps. Rien ne se produisait, mais il continua de se concentrer. Puis il sentit une sorte de courant électrique traverser son corps et plus particulièrement le côté du pied qui n'était pas sur la marche. Ce courant arriva alors à son pied et il se sentit soulevé de quelques centimètres du sol. Dimitri ne lui ayant pas expliqué comment faire pour se déplacer il décida de faire comme s'il voulait marcher normalement, ses jambes ne voulaient pas bouger normalement, mais son corps tout entier se déplaça en avant.

Dimitri - Et on veut que je t'apprenne à utiliser tes pouvoirs ? Tu n'as même pas besoin de moi je pense, juste pour te dire ce que tu peux faire du moins. Aller, rentrons, nous irons plus vite maintenant que tu sais partiellement volé.
Olivier - We, j'ai hâte de connaitre ce que je peux faire. Eu, dit moi, ya des pouvoirs pour ... enfin disons ...
Dimitri - Ah tout de suite toi ! J't'assure... Commençons déjà par le plus important jeune fougueux !


Dimitri s'éleva légèrement lui aussi et pris Olivier par le cou puis ils avancèrent le long des escaliers qui menaient vers la chambre de Dimitri.



[Correction by "The Patron"]




Dsl de la petitesse de la suite
mais je m'y remes depuis peu alors le
temps que mon imagination se remette
au travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Dim 16 Sep - 17:28

Partie 3 : Presque une habitude

Olivier - Mais où sont-ils lorsque je n'ai pas besoin d'eux ?
Dimitri - Et bien soit il reste près de toi, au cas où tu aurais besoin d'un coup de main inopiné, mais tu ne les voies pas, ils restent invisibles on va dire. Tu ne peux pas non plus les toucher..., ou bien alors ils reviennent en Eden, parmi les leurs, pour se reposer.
Olivier - Les faignants ...
Dimitri - Oui pour ça, je suis entièrement d'accord avec toi. Je trouve qu'ils ne font rien de leur journée. Enfin bon, c'est un autre mode de vie, je ne pense pas être le mieux placé pour en discuter. Bien, nous arrivons. On va pouvoir continuer un peu la visite de Gaïa si tu veux.

Olivier - Non ça va aller pour le moment. Je préfère me familiariser avec mes nouveaux pouvoirs et mes nouveaux amis...
Dimitri - Ce n'est pas une mauvaise idée, mon chéri. Plus vite tu apprendras à te maîtriser, mieux ça vaudras alors. Dans ce cas, je vais libérer t'es pouvoirs quand on sera arrivé dans ma chambre.


Les animaux de Dimitri étaient apparu auprès de leur maître tandis que ceux d'Olivier restait derrière lui, content d'avoir été choisi. Les deux garçons marchaient côte à côte du même pied, en se tenant droit, tels deux soldats dans un défilé. Le chemin semblait avoir été moins long que l'allée, peut être bien parce qu'il connaissait la destination, pensa Olivier. Ils arrivèrent enfin à la porte qui donnait accès à l'escalier qu'ils avaient empreinté à l'allée.

Jarenk - Nous vous laissons ici maintenant maîtres.
Dimitri - Oui oui Jarenk, à plus tard.
Jarenk - Au revoir maître Dimitri, au revoir maître Olivier. Sur ces paroles, chacun des animaux disparus.

La porte s'ouvrit dans un bruit de frottement de pierre et Olivier avait l'impression d'entendre des voix murmurer entre elles. Il regarda tout de même autour de lui, mais ne s'attendait pas à y voir un quelconque groupe de personnes. Néanmoins, Olivier fut surpris parce qu'il lui arriva à l'instant même où il voulu poser le pied sur la première marche de l'escalier. Ce pied semblait bloqué avant même d'avoir touché la pierre humide. Il s'efforça d'appuyer plus fort mais rien, son pied ne semblait pas vouloir se poser sur la marche. Dimitri venait de remarquer la situation et semblait être pris au dépourvu lui aussi, mais se calma et semblait comprendre ce qu'il se passait.

Dimitri - Quand arrêteras-tu de me surprendre Olivier ? Apparament, mon bouclier n'a pas tenu quant au blocage de tes pouvoirs. Est-ce un manque de jugement de ma part ? Je sais pas... hé hé ! Tu tiens vraiment de la famille mon chéri. Même en étant de la ligné de mes cousins tu trouves le moyen d'atteindre le niveau de notre famille. Franchement...
Olivier - Eu b'un écoute, je ne le fais pas vraiment exprès tu sais ! Bon qu'est-ce qui m'arrive au fait ?
Dimitri - Et bien il semblerait que tes pouvoirs aient été plus fort que ce que je pensais et donc mon bouclier a cédé. Pourquoi tu n'arrives pas à poser ton pied sur la marche ? Et bien tout simplement parce que tu utilises déjà tes pouvoirs, en autre, à l'instant celui de voler... Sans le vouloir, du moins inconsciemment, tu as créé un champ de force sous ton corps. Ce champ de force est modulé en fonction du relief du sol où tu te trouves. Maintenant il est évident que tu peux contrôler ce flux d'énergie afin de créer ce champ de force à volonté quand tu le désires et surtout de la taille que tu souhaites. Il te suffit juste de te concentrer sur ce flux d'énergie et de l'envoyer vers t'es pieds. Essaie, tu vas voir, une fois qu'on a compris le truc après, cela en devient une habitude.


Olivier écoutait avec passion son ami et s'exécuta. Il ferma les yeux pour mieux se concentrer et essayer d'envoyer un flux d'énergie, insoupçonné jusque là, vers le bas de son corps. Rien ne se produisait, mais il continua de se concentrer. Puis il sentit une sorte de courant électrique traverser son corps et plus particulièrement le côté du pied qui n'était pas sur la marche. Ce courant arriva alors à son pied et il se sentit soulevé de quelques centimètres du sol. Dimitri ne lui ayant pas expliqué comment faire pour se déplacer il décida de faire comme s'il voulait marcher normalement, ses jambes ne voulaient pas bouger normalement, mais son corps tout entier se déplaça en avant.

Dimitri - Et on veut que je t'apprenne à utiliser tes pouvoirs ? Tu n'as même pas besoin de moi je pense, juste pour te dire ce que tu peux faire du moins. Aller, rentrons, nous irons plus vite maintenant que tu sais partiellement volé.
Olivier - We, j'ai hâte de connaitre ce que je peux faire. Eu, dit moi, ya des pouvoirs pour ... enfin disons ...
Dimitri - Ah tout de suite toi ! J't'assure... Commençons déjà par le plus important jeune fougueux !


Dimitri s'éleva légèrement lui aussi et pris Olivier par le cou puis ils avancèrent le long des escaliers qui menaient vers la chambre de Dimitri.




CHAPITRE VI

.¤.


Partie 1 : L'escouade

Durant le trajet, Dimitri expliqua brièvement de quoi était capable son cousin et celui-ci fût étonné par l'étendu de ses possibilités. Les Gaïens avaient classé leurs pouvoirs dans différentes catégories, dont la principale est sans nul doute celle de la guerre. Dimitri hésitait à dire qu'il s'agissait de la catégorie qui regroupait le plus de pouvoirs, ainsi que celle qui possédait le plus de pouvoirs cachés et encore inconnu. Dans l'immédiat, Olivier devait apprendre entièrement cette catégorie et le plus rapidement possible. Ils approchaient enfin de la pièce circulaire alors qu'Olivier devenait de plus en plus impatient.
Iliane les attendait dans la pièce et lorsque Dimitri la vît, il eut un léger sourire.


Dimitri - Alors ? Il nous a fait quoi cette fois-ci ?
Iliane - Et bien c'est un gaïen qui a été tué... Il n'y a pas été de main morte en tout cas ! La victime est devenue méconaissable...
Dimitri - Qui était-ce ?
Iliane - Mon Fiancé...
Dimitri - Oh... Je suis désolé pour toi.
Iliane - Ce n'est rien. Nous allions nous séparer de toute manière.
Dimitri - Ah ! Bon dans ce cas alors... Bien, j'allais apprendre à Olivier à maîtriser ses pouvoirs, tu veux rester ?
Iliane - Pourquoi pas.
Dimitri - Bien, Olivier, on va commencer par tes pouvoirs les plus simples ... Approche-toi !

Olivier s'exécuta...Dimitri leva sa main de la même manière que pour libérer ses pouvoirs. Des filaments de différentes couleurs sortirent de chacun de ses cinq doigts pour ensuite venir entourer la tête de son cousin. Ses filaments semblaient s'arrêter parfois sur une zone bien précise de la tête, il avait peur mais, avait une confiance aveugle en son ami. Petit à petit, sa capacité à resentir le monde qui l'entourait de modifiait, ses sens se développaient. Il avait l'impression d'avoir toujours sût utiliser ses pouvoirs. Tout ceci lui arrivait comme un vrai chamboulement et il perdit l'équilibre. Mais il se releva d'un coup.

Olivier - Oups... Désolé ! C'est l'émotion. Tu peux arrêter là Dimitri, je sais utiliser mes pouvoirs maintenant...
Dimitri - Je l'ai senti aussi ... C'est formidable ! Exactement comme moi. Mes parents s'en revenaient pas quand ils ont vu que j'avais une facilité à évoluer. Tes vrais parents se doutaient d'une telle chose mais, ont jugé bon de de rien faire. Tu es exactement comme moi. Toi, tu as sût apprendre en quasiment quelques secondes ce qu'un gaïen normal apprendrait en des années. Tu ne trouves pas Iliane que c'est vraiment impressionnant ? Je ne m'attendais pas vraiment à autant de choses de sa part.

Iliane - J'avoue qu'il m'impressionne.../color][color=black], dit-elle en regardant Olivier de haut en bas, stupéfaite.
Dimitri - Bien, il est temps d'aller les chercher. Ils sont prêts Iliane ?
Iliane - Un ? Quoi ? Ah ! Eu... oui oui ils nous attendent à l'Académie., encore sous le choc des exploits d'Olivier.

Olivier ne comprenait pas trop mais les suivi quand même. Il remarqua une sorte d'ombre rouge non loin de lui qui courait et qui ressemblait à un loup. Lorsqu'il voulut mieux voir, il eut l'impression que ses yeux se détachaient de son corps pour aller voir de plus près cette chose... Mais ses yeux étaient à leur place, sa vue avait juste été développé et donc il arrivait à voir beaucoup plus loin qu'un humain ordinaire. L'ombre sur laquelle il s'était attardé ressemblait étrangement à l'ombre de Cohm, le loup qu'il avait aprivoisé.

Quelques minutes plus tard, ils étaient arrivés à l'Academy. Ils entrèrent tous les trois par la grande porte, Iliana ouvrant la marche. Cinq personnes attendaient au beau milieu de la salle, bien alignées, la tête haute. Ils portaient tous un brassard orange avec une tunique différente de celle d'un gaïen habituel. Se tenait devant Olivier quatre hommes et une femme. Ils étaient tous blonds et n'étaient pas très grands.


Iliane - Voilà, je vous présente les cinq membres de votre escouade. Ils ont été mis au courant de leur mission hier et se sont dors et déjà préparer. Ils sont sous vos ordres à tous les deux. Le Conseil vous les confie, il aimerait qu'ils reviennent vivant... Tu vois ce que je veux dire ?
Dimitri - Bien sûr chère soeur... Bon, si chacun sait ce qu'il a à faire, je ne vois qu'une chose maintenant, c'est d'y aller de suite. Messieurs, dames, votre mission commence maintenant, direction, le monde des humains. Olivier, dit-il en se tournant vers son ami, allons-y et un conseil, ne te préoccupes pas des membres de l'escouade. Ils savent ce qu'ils ont à faire.
Olivier - Ok !


Le petit groupe s'en alla vers la sortie et s'en vola en direction de la pièce circulaire.



[Correction by "The Patron"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hao
Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   Mar 30 Oct - 12:04

Hellow ! Bon enfait, j'arrête d'écrire mon histoire sur le forum, même si ça me faisait plein de post :p

Si vous voulez la lire, c'est ICI que ça se passe.

Je la retranscris sur mon blog, c'est mieux Bien sûr pour le moment je n'ai pas tout mis, le temps que j'écrive la suite mais patiente...


Je vous conseille de laisser des commentaires ... Sinon j'arrive avec mes EDLM et ma SDLM. Non mais, ça serait sympas quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -o|[ Le livre, l'histoire ]|o-   

Revenir en haut Aller en bas
 
-o|[ Le livre, l'histoire ]|o-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Livre] L'histoire de Nintendo vol.1
» Livre I, Histoire naturelle de Pline
» Livre 8- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege
» [LIVRE] L'histoire de la Dreamcast + ludothèque
» Venise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.::. Le forum officiel de l'alliance Les Seigneurs Sith ( A la mémoire de Cosmo) .::. :: Divers :: RolePlay-
Sauter vers: